Documentaire (Israël). Produit en 2017. Sortie le 11/10/2017. Distribué par Sophie Dulac.

Synopsis

Amos Gitaï retourne dans les territoires occupés pour la première fois depuis son documentaire Journal de campagne (1982). Gitaï circule en Cisjordanie où il est témoin des efforts de citoyens israéliens et palestiniens pour tenter de dépasser les conséquences d’une occupation qui dure depuis cinquante ans. Quinzaine des Réalisateurs, Festival de Cannes 2017.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Positif

    Recherchant non des solutions politiques définitives, mais des espoirs fragiles et partiels, Gitaï interroge des ministres israéliens inflexibles et des représentants de collectivités qui témoignent sur les répressions et les crimes de guerre. Le président Rabin - dont le cinéaste avait tiré un film remarquable il y a deux ans - demeure un oracle grâce à sa volonté têtue de réunir deux peuples plutôt que les diviser. A l'ouest du Jourdain, volent encore quelques colombes...

  • Studio Ciné Live

    35 ans après Journal de campagne, Amos Gitaï signe un nouveau film édifiant.

  • Le JDD

    Ce documentaire dénonce avec douceur la funeste évidence des haines qui se nourrissent entre elles.  

  • Télérama

     

    A l’ouest du Jourdain est, d’abord, une dénonciation implacable des ravages de la colonisation. Pour les Palestiniens comme pour Israël. Il rend aussi hommage au civisme des individus face à l’incurie meurtrière des politiques.

  • Le canard enchaîné

    A la façon d’un archéologue, Gitaï ramasse chaque initiative de la société civile comme autant de petits cailloux parsemés sur le chemin d’un improbable paix. Ce documentaire engagé témoigne avec force de l’urgence d’agir.  

  • avoir-alire.com

    Pointant les difficultés à amener un processus de paix dans le conflit israélo-palestinien, ce documentaire sobre au montage habile confirme l’humanisme et l’engagement d’Amos Gitaï.

  • Transfuge

    Un film aussi lucide que libre dans sa forme.

  • Première

    Pas d'excès dans la forme : Gitaï adopte un style journalistique classique entre reportage et interviews : là une école palestinienne financée par des rabbins ; ici un tournoi de backgammon où Israéliens et Palestiniens se mélangent. Un film résolument optimiste.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.