Comedie dramatique (France). Avec Kad Merad, Samir Guesmi, Alfred Renely.
Produit en 2017. Sortie le 08/11/2017. Distribué par UGC Distribution.

Synopsis

A bientôt cinquante ans, Simon, violoniste émérite et désabusé, échoue dans une classe-orchestre parisienne où ses méthodes rigides rendent difficile l’enseignement de la musique aux élèves de la classe de 6e...

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Rachid Hami, réalisateur

    Il n’est pas seulement question de cinéma et de faits de société. Il y a dans La Mélodie le désir de mettre en images et en paroles une foi dans la vie et dans l’art face aux déterminismes (misère, violence, abandon, cynisme, etc.) dont chacun cherche à s’échapper et l’envie d’approcher au plus près les désillusions de la vie pour mieux dire les motifs d’espérance.

  • Dossier de presse

    Lorsque le projet en était à ses débuts, Rachid Hami s'est intéressé aux classes orchestres, chapeautées par l’Education Nationale. De Gennevilliers à Paris en passant par Asnières, le réalisateur a commencé à nouer des liens avec ces enfants jusqu'à ce que l'histoire du film prenne forme dans sa tête. Un garçon qui jouait du violon rencontré à Belleville lui a d'ailleurs inspiré le personnage d’Arnold.

  • Femina

    Sur une idée classique, Rachid Hami et ses scénaristes tissent une histoire encourageante de compréhension et d'apprentissage mutuels. Sans grande surprise, mais traversé de jolis moments.

  • Télérama

    Le réalisateur parvient, grâce à sa mise en scène limpide et discrète, à convaincre que la musique adoucit les mœurs et peut éclairer les visages les plus butés.

  • La Voix du Nord.

    Le naturel éblouissant des jeunes acteurs, l’honnêteté du metteur en scène et le jeu mesuré des acteurs principaux incitent à considérer avec indulgence cette brave incursion dans le cinéma pédagogique et pacifique.

  • Le Dauphiné libéré.

    Reprenant la trame d’un film brésilien et l’adaptant au contexte français des quartiers défavorisés, un film porté par une vision résolument optimiste, qui a le bon goût de ne pas trop faire vibrer la corde sensible.

  • Le Figaro.

    Ce premier film s'en sort grâce à la force de ses interprètes, le jeune Renély Alfred en tête.

  • Le Parisien.

    On se laisse finalement toucher par cette histoire pleine de tendresse.

  • Fiches du cinéma.

    Le réalisateur parvient, malgré les clichés, à mettre en scène la magie de la musique classique. Bruno Coulais n'y est pas pour rien.

  • La Croix

    Bienveillant et humaniste, ce premier film, sur un professeur de violon confronté à des élèves de quartiers défavorisés, fait vibrer les cordes sensibles.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.