Drame (Maroc). Avec Maryam Touzani, Amine Ennaji, Arieh Worthalter.
Produit en 2017. Sortie le 14/03/2018. Distribué par Ad Vitam.

Synopsis

Au Maroc, entre le passé et le présent, Abdallah, Salima, Joe, Hakim et Inès sont reliés sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes, mais un seul souffle, une même quête de liberté. Et une ville, Casablanca. Festival de Toronto.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Midi Libre

    Un film choral autour des libertés individuelles, d'une force exceptionnelle et à la portée universelle.

  • Télérama

    Après Much Loved, Nabil Ayouch réalise un film où les destins s'entrecroisent sur trois décennies. Percutant.

  • Cineuropa

    Une œuvre remarquable et une poignante sensibilité à l’humain.

  • La LDH

    La richesse et la complexité du scénario, la rigueur de la construction, la beauté des images, notamment les plans à couper le souffle tournés dans les montagnes de l’Atlas, font de ce film un puissant hymne à la liberté qui dépasse largement le contexte du Maroc.

  • Première

    Nabil Ayouch investit ses personnages d'une dignité, d'une ferveur à lutter et d'une audace à rêver telles qu'ils en deviennent absolus. Leur poursuite du bonheur devient la nôtre. Et la volonté d'Ayouch d'inciter son pays à la résistance devient universelle.

  • Zibeline

    Dans ce film au montage kaléidoscopique, humaniste, généreux et sans concessions, Nabil Ayouch raconte l’intolérance à travers ceux qui la subissent, filmant avec sensualité les corps qui se déploient, dansent,  se libèrent. Des hommes, des femmes qui vivent, rêvent malgré des horizons bouchés, se battent à leur manière.

  • Le JDD

    De ce plaidoyer humaniste et mélancolique se dégage une émotion infinie.

  • Télérama

    Maryam Touzani, qui a coécrit le film, donne à son personnaghe sa beauté de tragédienne, mais aussi une douceur, une sensualité qui suggèrent une plénitude heureuse. Entre violence et apaisement, Nabil Ayouch la filme comme l'espoir retrouvé.

  • Positif

    Les comédiens ne manquent ni d'énergie ni de panache.

  • Le canard enchaîné

    Le film donne une peinture fine d'une société au bord de l'implosion.

  • Le Monde

    Le film parvient à montrer le découplage entre espace privé et espace public sur la scène de la société marocaine, le premier se réduisanrt à mesure que le second étend, avec de plus en plus de brutalité, sa juridiction.

  • Télérama

    Portraitiste talentueux, le réalisateur regarde chaque personnage intensément. Sa passion de cinéaste, mais aussi de citoyen et d’homme soutient de bout en bout le film, son plus beau.

  • Femme actuelle

    Une Claque. Un film puissant et vibrant, intime et universel.

  • L'Express

    3 ans après Much Loved, Nabil Ayouch livre un film tout aussi intense. Il choisit la forme périlleuse du récit en plusieurs points de vue. Plaidoyer pour les droits des femmes, Razzia est aussi une oeuvre politique.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.