Thriller (France). Avec Vanessa Paradis, Kate Moran, Nicolas Maury, Salim Torky.
Produit en 2018. Sortie le 27/06/2018. Distribué par Memento.

Synopsis

Paris, été 1979. Anne est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs, sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie. Sélection officielle, Festival de Cannes 2018. Prix Jean Vigo.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Un tueur sévit dans le monde gay des années 70 : on songe évidemment à Cruising de William Friedkin. C’est lorsqu’il s’échappe franchement du côté du conte fantastique ou qu’il emprunte la voie de l’artifice pur et dur que Yann Gonzalez séduit le plus. On aime aussi Vanessa Paradis, totalement invraisemblable dans le rôle, donc parfaite. 

  • Teaser

    Un film drôle, étrange et profondément triste.

  • 3 couleurs

    Un magnifique giallo romantique et entêtant qui évoque Dario Argento et Phantom Of The Paradise de De Palma.

  • Le Monde

    Hommage à la culture underground et à la liberté artisanale des années 1970, Un couteau dans le cœur affirme la déconstruction des genres, l’impureté de l’art, la proximité baroque du désir et de la mort. Autant de pris sur le pernicieux retour de la morale. Une œuvre singulière et baroque, où brille une guerrière Vanessa Paradis.

  • Les Inrockuptibles

    Yann Gonzales cisèle une fascinante joaillerie d'images, sensuelles et froides, nettes et bifaces, référencées et modernes, nappées des compositions virtuoses et variées de M83, habitées par des acteurs intenses.

  • Libération

    Après Les rencontres d'après minuit, Yann Gonzales signe un beau film sous influences.

  • Version Femina

    Le réalisateur convoque sa bande et invite Vanessa Paradis. Il fait bien : elle tient le film sur ses épaules et traverse la tête haute le kitsch et le Grand-Guignol.

  • Le JDD

    Une expérience kitsch et fétichiste bourrée de références au genre.

  • Télérama

    Clins d'oeil, citations, hommages, le film en regorge. Outre Brian de Palma et William Friedkin, l'auteur ancre ses rêveries dnas le cinéma en marge des années 1970-80, du côté de Paul Vecchiali ou Dario Argento. Mais nul besioin d'identiier ces références pour aimer ce film qui affiche aussi, paradoxalement, une limpidité, une franchise enfantines.

  • Le Monde

    Une déclaration d'amour tout autant qu'une déconstruction des thrillers italiens des années 1970 (les giallos).

  • L'Express

    Derrière ce film toujours surprenant à la fois modeste et radical, naïf et ambitieux, il y a le plaisir d'un conteur et d'un amoureux du cinéma.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.