Drame (Danemark). Avec Anders Hvidegaard, Asser Boassen, Thomasine Jonathansen.
Produit en 2018. Sortie le 30/05/2018. Distribué par Ad Vitam.

Synopsis

Pour son premier poste d’instituteur, Anders choisit l’aventure et les grands espaces : il part enseigner au Groenland, à Tiniteqilaaq, un hameau inuit de 80 habitants. Dans ce village isolé du reste du monde dix mois par an, la vie est rude, plus rude que ce qu’Anders imaginait. Pour s’intégrer, loin des repères de son Danemark natal, il va devoir apprendre à connaître cette communauté et ses coutumes. Prix du jury, Festival de Valenciennes.

Les séances

Du vendredi 22 juin 2018 au mardi 26 juin 2018
  • Au Mazarin

Ven. 22 Juin.

Dim. 24 Juin.

Mar. 26 Juin.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Cineuropa

    Un film très maîtrisé, à la fois humble et spectaculaire.

     

  • Première

    Le réalisateur de Tempête signe un nouveau film hybride, entre docu et fiction, qui prend pour cadre le rugueux et très cinématographique Groenland. C'est un excellent récit d'apprentissage, doublé d'une réflexion pertinente sur les bienfaits discutables de la civilisation.

  • VO

    Une année polaire s'efforce de ne plus penser le monde en termes de frontières et de séparation - la part ethnographique de cette fiction-documentaire muant rapidement en initiation à la philanthropie, questionnant les mythes et les certitudes de nos sociétés.

  • 3 couleurs

    Tourné dans des paysages à l'intimidante majesté, ce récit initiatique emprunte certes des chemins balisés, mais, en mêlant de manière rafraîchissante documentaire et fiction, Colllardey parvient à renouveler le genre.

  • Le JDD

    Une chronique pleine de chaleur humaine dans l'immensité blanche et polaire, mettant en scène le choc de deux cultures qui tentent d'entrer en contact et de se comprendre, loin des clichés.

  • Télérama

    Le réalisateur filme cette transmission d'une culture traditionnelle menacée par la modernité avec beaucoup de tendresse et de complicité, avec émotion aussi. La chronique paisible se transforme même sur la fin en grand film d'aventures.

  • Le canard enchaîné

    Passionnant et magnifique.

  • Le Monde

    Le film est passionnant quand il s'adonne à sa veine anthropologique, plongeant dans le quotidien des Inuits. Alors, Une année polaire semble donner lointainement suite à Nanouk l'esquimau (1922) de Robert Flaherty.

  • Les fiches du cinéma

    Cette chronique naturaliste et modeste nous immerge dans une culture dont il faut garder précieusement les traces.

  • Les cahiers du cinéma

    Une année polaire séduit par la voie inattendue qu’il emprunte, et qui consiste à se détacher peu à peu de son personnage.

  • Les Inrockuptibles

    Si ce film reste d’une simplicité biblique, il ne sent jamais l’artifice et il brosse, à sa manière brute, un tableau assez ample et nuancé d’une réalité donnée.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.