Drame (Canada). Avec Viggo Mortensen, Michael Fassbender, Keira Knightley, Vincent Cassel.
Produit en 2011. Sortie le 21/12/2011.

Synopsis

Sabina Spielrein, une jeune femme souffrant d'hystérie, est soignée par le psychanalyste Carl Jung. Elle devient bientôt sa maîtresse en même temps que sa patiente. Leur relation est révélée lorsque Sabina rentre en contact avec Sigmund Freud... Festival de Venise.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • excessif.com

    Après History of Violence (2005) et Les promesses de l'ombre (2007), Cronenberg revient avec ce film d'après une pièce de Christopher Hampton. Le traitement est cérébral, didactique et théorique, parcouru par une légère tension érotique. Cronenberg ne laisse rien passer, avec érudition. Michael Fassbender incarne au mieux l'essence du héros cronenbergien : froid en apparence, tourmenté en dedans. 

  • Télérama

    La frontière ne cesse de trembler entre théorie et pratique, parole et pulsions, et Fassbender incarne ces courants contraires avec une intensité de toutes les scènes.

  • Libération

    Cronenberg hystérise la Mostra de Venise avec cette très passionnante étude de moeurs. Viggo Mortensen est éblouissant. Les vrais amateurs de Cronenberg retrouveront ici un film intensément mental, une veine proche de son mal-aimé Spider. Charnel et intello comme le sont souvent les oeuvres du turpide cinéaste canadien, le film est tourné presque exclusivement en studio et avec une extrême minutie des gestes, dialogues et expressions du visage. Saturé de tensions sexuelles étouffées, A Dangerous Method fait l'effet d'une mise à distance lumineuse de la psychanalyse historique.

  • Les Inrockuptibles

    Le triangle fait de désir, de jalousie et de convoitise est traité par Cronenberg avec un certain détachement ironique. La retenue un peu glacée du film tient aussi bien au classicisme raide de sa mise en scène que dans le regard sans empathie que le cinéaste exerce sur les personnages. Dans ce film de naturaliste penché sur les insectes qu’il épingle, Fassbender apporte beaucoup en Jung sanguin, qui fait jouir sa patiente en lui administrant des fessées.

  • Abus de ciné

    Depuis History of violence, le réalisateur de films aussi torturés que Le festin nu, Videodrome ou Crash paraît avoir changé sa méthode dans l’analyse du comportement humain. De la chair, sa recherche passe désormais par l’esprit et A dangerous method est le troisième film qui confirme ce revirement tout à fait réussi. Extrêmement classique et précis dans sa narration, le film est cependant passionnant. Keira Knightley délivre une performance des plus saisissantes, taillée pour une nomination aux prochains Oscars de février prochain. Michael Fassbender est parfait, Viggo Mortensen, l’acteur fétiche du réalisateur, plus que convaincant.

  • avoir-alire.com

    Le cinéaste A history of violence et des Promesses de l’ombre revient en force avec un drame historique, genre où on ne l’attendait pas. Entre discours officiel et passion officieuse, le récit plonge avec froideur, raffinement et rigueur quasi-scientifique, au cœur de la psychologie moderne. Une méthode dangereusement efficace.

  • Première

    Si le film donne une leçon d'histoire, elle est dispensée non pas comme une punition mais comme un agréable divertissement. Les interprètes sont tous impeccables, à commencer par Viggo Mortensen.

  • Studio Ciné Live

    Cronenberg, cinéaste des corps écorchés, des désirs révélés, se devait de faire ce film sur les fondements de la psychanalyse. La particularité, ici, est que l'étrangeté qui suinte de tous les films du Canadien brille par son apparente normalité. Un film acoustique où les monstres laissés à l'extérieur du cadre menacent sans arrêt de surgir...

  • Le JDD

    Entre romance passionnelle et chronique historique, David Cronenberg signe un film fort élégant et d'un grand classicisme.

  • Télérama

    L'alternance de pauses et d'ellipses rend le film étrange. Fragile. Mais passionnant par les failles qu'il laisse deviner chez le cinéaste. Et les constantes dans son oeuvre qu'il fait apparaître. Car, ce qui l'intéresse, de toute évidence, est de montrer que cette hystérie se répand comme un virus. On est alors tout proche du thème essentiel du cinéaste : la métamorphose. 

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.