Drame (Royaume-Uni, Allemagne). Avec Marthe Keller, Max Riemelt, Bruno Ganz.
Produit en 2015. Sortie le 19/08/2015. Distribué par Les films du Losange.

Synopsis

Martha vit seule depuis longtemps à Ibiza, décidée à ne plus retourner en Allemagne ni à parler la langue. L'arrivée dans la maison voisine d'un jeune musicien de Berlin va tout bouleverser... Festivals de Cannes et Locarno 2015.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Première

    La sincérité de l'ensemble est palpable. A noter que Barbet Schroeder a tourné Amnesia dans la même maison que More, son premier film (1969).

  • Studio Ciné Live

    Un film touchant avec la sublime Marthe Keller.

  • avoir-alire.com

    Amnesia n’arrive certes pas totalement à ses fins, mais il s’en dégage un malaise et une sincérité palpables, notamment grâce aux incroyables performances de Martha Keller et du jeune comédien Max Riemelt ainsi qu’à une photographie étonnante (Amnesia se revendique comme le premier film européen tourné en 6K) de Luciano Tovoli. Un film personnel qui souffre de quelques maladresses, mais dont les questions soulevées résonneront encore longtemps dans notre esprit.

  • Positif

    La splendeur du cadre naturel est magnifiée par la photo de Luciano Tovoli, et Marthe Keller est rayonnante dans son premier rôle principal depuis longtemps.

  • Arte tv

    Ce film marque une étape importante dans l’histoire de Barbet Schroeder, l’homme et le cinéaste, au zénith d’une mise en scène sereine et limpide. La dimension testamentaire d'Amnesia n’est pas innocente et Barbet Schroeder a voulu boucler la boucle d’une œuvre voyageuse et téméraire en retournant non seulement là où sa mère a vécu, mais sur le lieu inaugural de sa filmographie, où il tourna More, en 1969.

  • Gala

    Magni­fique mise en abîme des douleurs d’un peuple en muta­tion, les Alle­mands des années 1990, Amne­sia porte un regard nouveau sur la cica­tri­sa­tion (impos­sible) et la fuite, plus ou moins néces­saire, plus ou moins assu­mée.

  • Le JDD

    Ce drame, au charme un brin suranné, mais rehaussé d'une jolie photo, suscite une réflexion pertinente sur le poids du passé, et la façon dont chacun s'en accommode. Marthe Keller joue avec sa finesse sa partition, se révélant parfois troublante face au jeune Max Riemelt.

  • Télérama

    On aime l'idée, presque hitchcockienne, de Barbet Schroeder, d'introduire avec lenteur le ver dans le fruit, de faire sourdre la noirceur du passé dans des lieux paisibles — que la lumière de Luciano Tovoli rend encore plus somptueux.

  • Le Monde

    Un film d'apaisement et de réconciliation. Par glissements progressifs, l'exilée et l'émigré se taillent un territoire commun. L'obligation faite aux acteurs d'oublier leur allemand maternel les force à une certaine raideur, qui ne manque pas de charme.

  • Les inrockuptibles

    Marthe Keller et Max Riemelt sont remarquables de bout en bout.

  • Libération

    Dans ce décor ensoleillé, Schroeder esquive tout mélo pour atteindre une forme d’épure.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.