Drame (France). Avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Emilie Dequenne.
Produit en 2017. Sortie le 25/10/2017. Distribué par Gaumont.

Synopsis

Novembre 1918. A quelques jours de l’Armistice, Edouard Péricourt sauve Albert Maillard d'une mort certaine. Rien en commun entre ces deux hommes si ce n’est la guerre et le lieutenant Pradelle qui, en donnant l’ordre d’un assaut absurde, brise leurs vies en même temps qu’il lie leurs destins... D'après le roman de Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013. 5 Cesar 2018 : meilleurs réalisateur, adaptation, photographie, décors et costumes.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Première

    Albert Dupontel tient enfin son grand film, celui qui concilie ses obsessions d'artiste et ses ambitions de cinéaste.

  • Studio Ciné Live

    Une grande fresque intime et populaire. Quelque part entre Eugène Sue et Jean-Pierre Jeunet, il y a du suspense, mais aussi une poésie insensée, des pointes d'humour et des envolées poignantes. Il n'est pas si fréquent qu'un grand livre donne naissance à un beau film.

  • Journal des grignoux

    Féroce, grotesque et tout à fait délectable, Au revoir là-haut est une fable antimilitariste qui dit merde aux cons avec une verve ébouriffée. Un film grisant, renversant, touchant. Génial Dupontel !

  • avoir-alire.com

    Avec un travail pictural qui renvoie au cinéma des années 20, Albert Dupontel livre un brûlot anticapitaliste. Un mélodrame poignant et magistralement reconstitué.

  • Version Femina

    Fidèle au roman de Pierre Lemaitre, tout en inventant une nouvelle fin, Albert Dupontel signe une fresque grandiose et tragi-comique. Jamais corseté par la reconstitution, le film se déploie en scènes d'anthologie où l'émotion et le rire se confondent.

  • Le JDD

    Dans l'écrin d'une mise en scène virtuose à l'image travaillée pour restituer l'époque, les acteurs sont impeccables. Un grand film pour un grand livre.

  • Télérama

    Les grandes lignes du très touffu Prix Goncourt 2013 sont condensées dans un récit qui file à la vitesse d’une balle. La virulence politique de Dupontel est indissociable, comme toujours, d’une profonde tendresse pour les marginaux. Le cinéaste aime le burlesque, mais n’a pas peur du mélo et parvient toujours à équilibrer l’eau de rose et le vitriol.

  • Le canard enchaîné

    L'adaptation diu roman s'annonçait casse-gueule, histoire énorme, budget assorti... Loin de se vautrer, l'acteur-réalisateur s'épanouit au fi de ce récit enlevé, déchirant et inventif.

  • Bande à part

    Dans Au revoir là-haut, tout respire la réflexion, la créativité, la recherche, en deux mots : le travail d’ampleur et la créativité sans bornes.

  • Les fiches du cinéma

    Dupontel adapte avec élégance et inventivité le roman de Lemaitre et signe un film enlevé, efficace et touchant.

  • Paris Match

    Nahuel Perez Biscayart (120 battements par minute) confirme qu'il est une graine de star.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.