Drame (Etats-Unis, Norvège). Avec Isabelle Huppert, Jesse Eisenberg, Gabriel Byrne, David Strathairn, Amy Ryan.
Produit en 2015. Sortie le 09/12/2015. Distribué par Memento Films.

Synopsis

L’histoire d'un drame familial qui propose les différents points de vue des membres d’une même famille face aux évènements qui les accablent. Sélection officielle, Festival de Cannes 2015.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Positif

    Le cinéaste n'a rien perdu de sa grâce ni de sa propension à interroger la nostalgie des êtres.

  • Les Inrockuptibles

    Back Home est un film remarquablement écrit, mis en scène à coups de plans fermes, chiadés et limpides. Dans la lignée d'Oslo 31 août, Trier continue de radiographier un certain état de névrose de la bourgeoisie occidentale avec un mélange d'orgueil et d'humilité assez saisissant.

  • Télérama

    Joachim Trier confirme qu'il sait regarder ses acteurs avec un mélange rare d'empathie et d'acuité. Isabelle Huppert se laisse voler une fragilité et une inquiétude qui donnent, par instants, l'impression de découvrir une autre femme. C'est tout le sujet du film.

  • Le Point

    Le réalisateur norvégien préfère la subtilité aux effusions sentimentales et aux crises d'hystérie traditionnellement associées à ce genre.

  • Le JDD

    Ce drame intime, réalisé sobrement, vaut surtout par la présence magnétique de Gabriel Byrne.

  • Studio Ciné Live

    Un récit puzzle sur le deuil, d'une entêtante et douce mélancolie. C'est là toute la subtilité d'un film dont on ne cernera les personnages qu'à la toute fin. Le récit éblouit aussi par son refus de l'émotion facile.

  • Le JDD

    7 mois après L'épreuve avec Juliette Binoche qui abordait à peu près le même sujet, Joachim Trier s'interroge sur l'explosion de la cellule familiale et parle avec délicatesse des dommages collatéraux de l'absence. En fantôme du passé, Isabelle Huppert est magnétique.

  • Télérama

    Autant l'élégiaque Oslo, 31 août était linéaire, autant Back home est sophistiqué, fragmenté dans sa narration. Etrangement, ce film cosmopolite retrouve l'élégance et la densité d'un certain cinéma américain indépendant et adulte. 

  • Le canard enchaîné

    Back Home est une oeuvre riche, construite entre souvenirs et présent subjectif.

  • Les Inrockuptibles

    Beau et fantomatique.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.