Science Fiction (Etats-Unis). Avec Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean Young, Daryl Hannah, William Sanderson.
Produit en 1982. Distribué par Warner Bros..

Synopsis

Los Angeles, 2019. Quatre répliquants parviennent à s'introduire dans la ville. Un agent d'une unité spéciale, un blade runner, est chargé de les éliminer... BAFTA meilleurs décors, costumes et photo. Version numérique restaurée.

Information spectateur

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Notes de production

    La suite du classique de Ridley Scott continue de faire parler d’elle. Ryan Gosling (Drive) serait sur le point de rejoindre Harrison Ford dans un sequel réalisé par Denis Villeneuve (Sicario).

  • La revue du cinéma

    D'entrée de jeu, le film s'impose par une atmosphère. L'univers proposé est immédiatement crédible. La référence au film noir des années 40, l'action dramatique à trous, les personnages secondaires rendent le film complexe et passionnant.

  • Télérama

    Le troisième film de Ridley Scott (après Duellistes et Alien) est une splendeur visuelle, un modèle jamais surpassé, mais largement copié. Ce qui frappe d'abord, c'est le décor, personnage principal. Monumental et crédible. Les personnages et leurs aventures deviennent secondaires — les admirateurs du roman de Philip K. Dick enragent. Mais il reste, dans cette chasse à l'androïde, une réflexion sur l'homme... à la recherche de son âme. Enigmatique et fascinant. 

  • Avoir-alire.com

    L’effort visionnaire de Ridley Scott mérite bien une nouvelle copie numérique restaurée qui sera dévoilée au Festival Lumières de Lyon.

  • Cinechronicle

    Cette très belle restauration délivre une multitude de petits détails exprimant le perfectionnisme de Ridley Scott. Outre l’image et le son, Blade Runner a bénéficié de légères retouches sur les effets visuels, grâce aux avancées de la technologie. Le montage original se voit principalement rallongé de certains plans pour plus de lisibilité, de compréhension et d’émotion. Fabriqués avant l’ère du numérique, les effets spéciaux, conçus à l’aide de maquettes et de matte paintings, tiennent encore parfaitement la route pour une œuvre datant de plus de trente ans. Le final cut de 2007 voit disparaître les plans aériens de la fin originale optimiste, et surtout la voix off trop explicative et plombante du narrateur. L’ajout majeur demeure l’insert du plan avec la licorne servant à faire le lien avec l’origami que Deckard trouve ensuite.

  • Télérama

    Blade Runner a connu sept versions différentes. Ce Final Cut (2007), hormis deux ou trois scènes rallongées, bénéficie d’un magnifique travail de restauration du son et de l’image, et en particulier des effets visuels.

Toutes les critiques Réduire
Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.