Documentaire (Royaume-Uni). Produit en 2021. Sortie le 30/11/2022. Distribué par Ad Vitam.

Synopsis

"Cow nous invite à porter un autre regard sur les vaches, à nous en rapprocher, à contempler leur beauté mais aussi la réalité de leur vie. Sans fard. Ceci est l’histoire d’une réalité, celle d’une vache laitière, et un hommage à l’immense service qu’elle nous rend. Quand je regarde Luma, notre vache, c’est notre monde que je vois à travers elle." Andrea Arnold. Cannes Première, Festival de Cannes 2021.

Les séances

Du dimanche 4 décembre 2022 au mardi 6 décembre 2022
  • Au Mazarin

Dim. 04 Déc..

Lun. 05 Déc..

Mar. 06 Déc..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Le Bleu du Miroir

    Andrea Arnold signe un documentaire aussi poétique qu'horrifiant, mêlant le beau à l'effroi.

  • Trois Couleurs

    II faut le dire, certaines images sont dures à voir. Mais la cinéaste ne retourne pas nos coeurs par plaisir sadique, plutôt pour chambouler nos représentations, voire carrément la hiérarchie entre les êtres vivants. Ni un documentaire animalier ni une vidéo de l'association L214 pour lancer l'alerte sur les conditions d'élevage, Cow ne ressemble qu'à une chose : un  film d'Andrea Arnold. Un projet déroutant et une grande réussite.

  • Le Mag du Ciné

    Andrea Arnold nous embarque dans un diagnostic assez cru et distant sur notre rapport aux animaux et sur la dimension technologique et carnassière de l'élevage. Sans jouer les dénonciatrices, ni prendre part au récit, elle scrute un quotidien, un portrait d'une vache stakhanoviste, à la fois héroïque et victime d'un système dont on ressort ému.

  • Première

    Nulle trace de discours verbeux, le cinéma d'Andra Arnold (Fish Tank, American Honey...) - en docu comme en fiction - passe par les sensations qu'elle crée. Le résultat en impose.

  • Les cahiers du cinéma

    Cow fiappe d’emblée par l’émotion particulière qui s’en dégage. 

  • Le JDD

    Le documentaire, filmé à hauteur d’animal, s’attache à suivre son héroïne à cornes au quotidien, en montrant toutes les souffrances qu’elle endure sur l’autel de la rentabilité. La mise en scène naturaliste ne cache rien de la cruauté, tout en gratifiant le spectateur d’images d’une beauté absolue. Une expérience à la fois captivante et révoltante.

  • Télérama

    Andrea Arnold saisit l'ordinaire carcéral et mécanisé jusqu'à l'absurde de l'élevage moderne. Beaucoup de noir et peu de vert dans ce tableau réaliste sans paroles, d'où sourd une atmosphère de tristesse et d'ennui.

  • Le Monde

    En restant à hauteur d'animal, Andrea Arnold dévisage les humains avec sa caméra.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.