Drame (Etats-Unis, France). Avec Marthe Keller, William Holden, Mario Adorf, Hildegard Knef, Frances Sternhagen, Michael York, Henry Fonda.
Produit en 1978. Distribué par Carlotta.

Synopsis

Un producteur américain tente de convaincre une star légendaire, Fedora, qui a pris sa retraite quelques années auparavant, de faire un comeback retentissant. Cannes Classics, Festival de Cannes 2013. Copie numérique restaurée.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • avoir-alire.com

    Ce Billy Wilder, méconnu du grand public, tire à boulets rouges sur le star-system et pousse un peu plus loin sa réflexion sur l'usine à rêves hollywoodienne amorcée dans Boulevard du crépuscule. Brillant et fascinant.

  • Studio Ciné Live

    Cette tragédie sur fond de cinéma évoque Le mépris de Gogard où Fritz Lang jouait son propre rôle. Ici, c'est Henry Fonda, le temps d'une sublime apparition. La structure complexe du scénario rend d'autant plus puissante la révélation hitchcockienne de la dernière partie. Fedora (Marthe Keller) est une figure aussi énigmatique que poétique. Une perle !

  • La revue du cinéma

    On aurait pu craindre qu'à plus de 70 ans, Billy Wilder nous donne une oeuvre de vieux routier hollywoodien. Il n'en est rien. Fedora est un cinéma de plaisir et d'évasion. Sa réussite tient dans l'ambiguïté du mythe de la star. Elle tient aussi à l'évocation enthousiaste, mais lucide du cinéma d'antan. Notons enfin l'abondance de clins d'oeil.

  • Le canard enchaîné

    L'avant-dernier film de Billy Wilder, sorti en 1978, est à la fois une célébration et une démystification du mythe de la star. Mais aussi une charge contre les "barbus" du nouvel Hollywood (Spielberg, Lucas, Coppola) qui ont refusé à l'époque de financer son film, finalement coproduit par la France et l'Allemagne. Un régal de mots d'auteur et de caricatures inspirées, bâti sur une construction temporelle virtuose, émaillé de cadrages superbes. Et quels acteurs !

  • Libération

    Invisible depuis 1978, le film ressort en version restaurée. Il est difficile de ne pas noter les similitudes entre Fedora et Sunset boulevard, signé Wilder 28 ans plus tôt.

  • Télérama

    Après Sunset Boulevard, Fedora est encore une variation grandiose sur le mythe de la star recluse. De la magie à l'état pur.

  • Les Inrockuptibles

    Fedora est une oeuvre puissamment hantée, un conte cruel à la beauté foudroyante.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.