Comedie dramatique (France). Avec Miss Ming, Pippo Delbono, Jackie Berroyer, Simon André, Lio.
Produit en 2013. Sortie le 04/12/2013. Distribué par Le Pacte.

Synopsis

C’est la rencontre de deux êtres en marge, de deux solitudes. Celle d’Henri, la cinquantaine, un homme éteint, résigné et un peu alcoolique. Et celle de Rosette, déficiente mentale légère qui rêve d’amour, de sexualité, de normalité... Quinzaine des Réalisateurs, Festival de Cannes 2013.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • avoir-alire.com

    Une oeuvre déconcertante habitée par les obsessions de Yolande Moreau, réalisatrice de talent, décidément inclassable, à l’image du cinéma belge qu’elle défend.

  • cinergie.be

    Très apprécié lors de sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs, Henri risque de ravir aussi à sa sortie. Bien au-delà du pitch qui le réduit à l'histoire d'une rencontre entre un immigré italien désabusé et une jeune déficiente mentale, ce film est à l'image de sa réalisatrice, sensible et proche de nous.

  • Next Libération

    Henri est un film sur la bonté. Avec cœur, mais sans dégoulinade de bons sentiments, c'est un film fait maison.

  • rtbf

    Le sujet est tragique, mais il est toujours saupoudré d'une fine couche d'humour comme on les aime. Bref, un film sensible qui ne devrait pas laisser indifférent.

  • Le JDD

    C’est un film qui lui ressemble. Plein de cœur, profondément humain, et un peu foutraque. Pour son deuxième film en tant que réalisatrice, Yolande Moreau (9 ans après Quand la mer monte) signe une fable sur la tolérance et l’ouverture aux autres avec quelques scènes d’une belle poésie.

  • Studio Ciné Live

    Yolande Moreau affine une veine à la fois naturaliste, poétique, audacieuse, cocasse et mélancolique. Avec une discrète virtuosité d'écriture, portée par une belle précision de mise en scène, elle excelle à mettre en lumière, avec une générosité et une empathie communicatives, ces marginaux du coeur et de la vie.

  • Télérama

    Yolande Moreau aime se passer du langage. Avec un sens du cadre digne de Kaurismäki, elle compose des plans superbes et fait surgir des émotions visuelles. Henri, c'est le Lost in translation des baraques à frites.

  • Le canard enchaîné

    Après l'émouvant Quand la mer monte, Yolande Moreau tourne un deuxième film tout aussi sensible, poétique et pudique. Elle excelle à filmer des personnages sortant à peine de l'ordinaire, avec une tendresse infinie pour les "petites gens". Elle fait aussi la part belle aux éclats d'humour et à la fantaisie des fugues.

  • Le Nouvel Obs.

    Hymne à la vie, éloge de la différence et formidable hommage à la beauté des paysages du Nord, Henri est un bijou de délicatesse.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.