Drame (France, Suisse). Avec Léa Seydoux, Kacey Mottet Klein, Gillian Anderson, Martin Compston, Jean-François Stévenin, Yann Trégouët .
Produit en 2011. Sortie le 18/04/2012.

Synopsis

Simon, 12 ans, vole les skis et l’équipement des riches touristes qu’il revend ensuite. Louise, sa soeur, qui vient de perdre son travail, profite des trafics de Simon qui prennent de l’ampleur et devient de plus en plus dépendante de lui… Mention spéciale du jury, Festival de Berlin.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Une saisissante fable alpine sur la fracture sociale.

  • Première

    Scrutant les visages de ses magnifiques acteurs, la réalisatrice nous entraîne derrière la façade. Elle tresse un film bouleversant d'indicibles chagrins sans larmes.

  • Causette

    Après le lumineux Home, Ursula Meier prend de la hauteur et livre un film sombre et tendu comme un câble de téléphérique. Une pirouette scénaristique donne une dimension inattendue à cette fable, Ours d'argent au dernier festival de Berlin.

  • Next (Libération)

    Fort de l'originalité de son argument et de manière assez élégante, le film parvient à tenir la note franchement émouvante de ce joli portrait d'enfances acculées à la monstruosité.

  • Studio Ciné Live

    Ursula Meier croise et entrechoque deux solitudes de façon quasi clinique. Surprend les fêlures dans les dérobades d'une Léa Seydoux tout en épure. Arrache des bribes d'enfance aux rudesses apparentes de Kacey Mottet Klein, prodigieux de justesse. Une mise en scène presque cruelle, scandée par la litanie des vides bleus du téléphérique, pour un pas de deux désenchanté, plus entêtant qu'un blues.

  • Le JDD

    Ursula Meier orchestre, avec une belle humanité, le vertige d'un enfant, entre vie rêvée, loin des soucis en haut de la montagne, et une existence détestée, dans la réalité au milieu de la plaine. Elle traduit aussi, avec une émotion pudique, mais qui prend aux tripes, leur jeu de dupes sentimental, la peur de l'abandon.

  • Télérama

    Constamment, la mise en scène, précise, aiguisée, crée l'inattendu.

  • Le canard enchaîné

    Face à Kacey Mottet Klein tout en finesse, la réalisatrice a eu la bonne idée de faire jouer à l'intense Léa Seydoux son premier rôle fille perdue. La confrontation entre les deux prend peu à peu de l'altitude pour atteindre les cimes de l'émotion.

  • Le Monde

    Ursula Meier fait de sa mise en scène une exploration physique, atmosphérique, du cruel contraste entre l'en-bas et l'en-haut.

  • Libération

    Le conte aurait pu être sordide, il se révèle assez densément émouvant et surprenant.

  • Les Inrocks

    Un film aussi poignant qu'instructif qui considère le spectateur avec hauteur, mais sans jamais le prendre de haut.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.