Thriller (France). Avec Jérémie Renier, Audrey Fleurot, Bouli Lanners .
Produit en 2013. Sortie le 09/10/2013. Distribué par Rezo.

Synopsis

Gabriel Chevalier, ex-membre de la brigade criminelle au chômage vivant avec sa fille à charge, croule sous les dettes de jeu. Désespéré, il se voit proposer par un ancien indic un contrat en échange d’un salaire mirobolant : transporter une mallette dont il ignore le contenu.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Jean-Baptiste Andréa, réalisateur

    C'est Gaël Malry, co-scénariste, qui m'a proposé l'idée d’un objet banal, du quotidien, vendu aux enchères à des prix mirobolants. On est partis de ce paradoxe pour créer la trame d’un vrai thriller. De cet objet, dont je ne peux révéler l’identité, est venu le titre. (...) J’aime son côté énigmatique et poétique qui permet le fantasme. Il fallait être capable d’intriguer sur la seule promesse d’un titre et d’une histoire volontairement barrée. La Confrérie des larmes est avant tout un film sur la folie. Il ne s’inscrit pas dans un genre précis. Le dénouement, par exemple, n’avait pas vocation à être trop rationalisé, mais devait suggérer tout un éventail d’émotions. L’intrigue touche à plein de mythes sans que je n’aie eu besoin de mettre un nom dessus.

  • Jérémie Renier, comédien

    On retrouve dans La Confrérie des larmes un important mélange de films. L’appât de l’argent facile de Pretty Woman, le passé flou de Taken, l’ambiance de Caché, la transformation fulgurante du personnage de Limitless, le rapport père/fille très direct de Kick-Ass et les traits de caractère de James bond.

  • Le Figaro Magazine

    Depuis Belmondo, le cinéma d'action français est, à quelques rares exceptions, une morne plaine. Avec La confrérie des larmes, Jean-Baptiste Andrea sauve l'honneur en livrant un thriller haletant. Porté par un Jérémie Renier énigmatique et continuellement sous tension, le drame prend de l'ampleur jusqu'à nous livrer une fin originale.

  • Le JDD

    Le rythme est soutenu et Jérémie Renier est excellent.

  • Studio Ciné Live

    Son aptitude à susciter l'empathie permet au réalisateur Jean-Baptiste Andrea de signer un film certes bancal mais attachant.

  • Première.

    Le début est intrigant et, malgré un personnage calibré (le flic revenu de tout), ça marche grâce à un Jérémie Renier plongé dans un univers minéral troublant. 

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.