Du 14 octobre 2020 au 20 octobre 2020
du 14 au 20 octobre au Mazarin / Avec La Noria. Le rendez-vous annuel du cinéma latino avec 14 films. Les projections du soir sont accompagnées de débats. Un programme complet sera disponible très prochainement sur le site. Tarifs habituels.
Drame Avec María Mercedes Coroy, Margarita Kénefic, Julio Diaz.
Produit en 2019. Sortie le 22/01/2019. Distribué par ARP sélection.

Synopsis

Selon la légende, la Llorona est une pleureuse, un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure ceux qui sont morts durant le génocide des Indiens mayas. Le général, responsable du massacre, mais acquitté, est hanté par une Llorona. Serait-ce Alma, la nouvelle domestique ? Prix du public, festival de Biarritz. Meilleur film, Giornate degli autori, Festival de Venise.

Les séances

Du mercredi 14 octobre 2020 au lundi 19 octobre 2020
  • Au Mazarin

Mer. 14 Oct..

Lun. 19 Oct..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Première

    Après Ixcanul et Tremblements, Jayro Bustamante continue à explorer le traitement violent réservé aux minorités au Guatemala. Sa belle idée est ici de convoquer les codes du cinéma fantastique. Implacable.

  • Mediapart

    Pour dénoncer l'impunité des généraux génocidaires au Guatemala, Jayro Bustamante saisit la force du cinéma classique d'horreur avec sobriété et efficacité.

  • Le JDD

    La mise en scène, à la fois élégante et percutante, dénonce la corruption, l'impunité, la superstition. Tout en installant le malaise et la peur lors de scènes glaçantes qui imprègnent durablement la rétine.

  • Télérama

    La Llorona est un film époustouflant : après Ixcanul (Ours d’argent à Berlin en 2015) et Tremblements, Jayro Bustamante clôt son triptyque sur la haine au Guatemala avec ce drame d’une puissance rare sur les plaies, encore béantes, d’un pays qui ne reconnaît toujours pas officiellement les exactions du régime militaire. Un film qui n’a pas fini de nous hanter.

  • Le canard enchaîné

    Le brillant réalisateur guatémaltèque donne un sens politique au cinéma fantastique avec une indéniable réussite artistique.

  • Le Monde

    L'importance de l'élément aquatique ajoute à la légende indienne les réminiscences bibliques du réalisme magique latino-américain.

  • L'Obs

    La force du film, c'est cette lente montée de la folie, la présence constante d'une justice immanente et la mise en scène très maîtrisée. Bienvenue à une nouveau genre : le cinéma politico-fantastique.

  • Transfuge

    Bustamante a enfin trouvé sa voix de cinéaste : une voix sarcastique et lugubre, mélange étonnant de froide colère et de lyrisme incandescent.

  • Elle

    Une petite merveille de vengeance, à découvrir absolument.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.