Comedie (France). Avec Catherine Deneuve, Pierre Brasseur, Philippe Noiret, Mary Marquet.
Produit en 1966. Distribué par Les Acacias.

Synopsis

Il ne faudra rien moins qu'un commandant allemand amoureux de la châtelaine et d'un parachutiste de l'armée de libération tombé du ciel pour réveiller un château endormi dans l'ennui, situé non loin des plages du débarquement. Prix Louis Delluc 1966. Cannes Classics 2014. Copie numérique restaurée.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Critikat

    Dans la veine des comédies trépidantes de Philippe de Broca, le rythme comique du film est endiablé, les péripéties s’enchaînent, le débit mitraillette de Catherine Deneuve. On se croit d’abord dans un roman de la comtesse de Ségur, puis on bascule dans le film de guerre et d’aventure. La vie de château fut un grand succès à sa sortie, restant dans les salles une année entière. Il donne le ton pour le reste de la belle carrière de Jean-Paul Rappeneau qui oscillera entre comédie légère (Le sauvage) et drame historique (Cyrano de BergeracLe hussard sur le toit).

  • dvd classik

    En 1966, le public et la critique plébiscitent cette première œuvre qui obtient le prix Louis Delluc ; le coup d’essai de Jean-Paul Rappeneau est un coup de maître ! Mais au fond, à quoi tient la réussite de La vie de château ? A sa mise en scène audacieuse, à l’originalité de son script ou à l’incroyable fraîcheur de son casting ? Certainement à une subtile alchimie de chacun de ces éléments… Au-delà de la vitesse, des mouvements de caméra et du dynamisme de la dramaturgie, Rappeneau impose une direction d’acteurs déchaînée.

  • Télérama

    Catherine Deneuve mène son petit monde par le bout du nez, avec le plus gracieux des mauvais caractères. Dès ce premier film, Rappeneau manifeste un don lumineux pour la comédie. Tout charme, tout pétille. Les comédiens virtuoses accordent allegro leurs jeux comme des instruments (à la contrebasse : Pierre Brasseur, tonnant et théâtral ; au piano, légère et drôle, l'impériale Mary Marquet ; au violon, ironique et touchant, un Philippe Noiret tout jeunot). La partition est enlevée et délicate : situations désopilantes, dialogues en dentelle. Avec la complicité de Claude Sautet et Alain Cavalier, Rappeneau glisse dans son alerte comédie historique une subtile réflexion sur l'héroïsme et l'engagement. Un délice.

  • Télérama

    Même si la gravité n'est jamais loin, le cinéaste s'accroche à son envie de retrouver le rythme des grandes comédies américaines : il trouve avec sa jeune première, Catherine Deneuve, le charme nécessaire à son cinéma enjoué. Cet esprit piquant et pimpant avait apparemment gagné toute l'équipe.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.