Drame (France, Royaume-Uni). Avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Fritz Lang, Jack Palance.
Produit en 1963. Distribué par Carlotta.

Synopsis

Paul Javal, scénariste, et sa jeune femme semblent former un couple uni. Un incident apparemment anodin avec un producteur va conduire la jeune femme à mépriser profondément son mari. D'après le roman d'Alberto Moravia. Copie numérique restaurée.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Godard aurait pu baptiser son film La nuit américaine, dix ans avant Truffaut. D'abord parce qu'il précède son confrère dans la dissection du cinéma, monde parallèle tenté d'en envahir un autre, jaloux et jalousé : la vie. Et surtout parce qu'il affirme que le coeur des hommes peut s'assombrir en plein soleil, comme on peut filmer la nuit en plein jour. Godard contemple les déclins du cinéma et de l'amour, irrémédiablement liés. Pourtant, jamais ne pointe l'amertume. Godard est un désespéré optimiste. La magie de ses images, bercées par les plus beaux échos de violon que Delerue ait composés, prouve qu'il ne croit pas à la mort du septième art. Godard a beau cacher ironiquement le visage de B.B. derrière des branchages alors qu'elle lit un ouvrage d'art, son sens du cadrage prouve combien il sut saisir les vertus rayonnantes de l'actrice. Déesse vivante, filmée au côté de statues de l'An­tiquité, elle offre son rôle le plus envoûtant, le plus énigmatique.

  • Le guide des films

    Cet hommage au cinéma reste un des plus beaux films de Godard.

  • dvd classik

    Film mélancolique, Le mépris reste avant tout un classique… du cinéma moderne ! Cette apparente contradiction explique en partie pourquoi Le mépris constitue toujours, cinquante ans après sa sortie, un film de référence(s).

  • Critikat

    On a souvent dit du mépris que c'était le film de Godard le plus grand public. D’abord parce qu’il s’agit d’une adaptation d'un roman de Moravia. Ensuite parce qu’il met en scène Brigitte Bardot, déjà perçue comme une icône sensuelle, doublée d’une garantie de succès populaire. Enfin, parce que le propos du long-métrage est l’un des plus clairs du réalisateur, annonçant sa ligne esthétique à venir : la mort du cinéma, parallèlement à celle d’un couple.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.