Drame (Russie). Avec Teo Yoo, Roman Bilyk, Irina Starshenbaum.
Produit en 2018. Sortie le 05/12/2018. Distribué par Bac films / Kinovista.

Synopsis

Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s'échangent en contrebande, et une scène rock émerge... Sélection officielle, Festival de Cannes 2018.

Les séances

Du vendredi 14 décembre 2018 au mardi 18 décembre 2018
  • Au Mazarin

Ven. 14 Déc..

Sam. 15 Déc..

Dim. 16 Déc..

Lun. 17 Déc..

Mar. 18 Déc..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Leto a enthousiasmé le festival de Cannes. Pressées, surveillées, menacées, les stars musicales de Leningrad cavalent en plein romantisme. Le noir et blanc se métamorphose en une multitude de teintes, de nuances, de caractères.

  • Positif

    Le film a fait forte impression à Cannes sauf auprès du jury. La mise en scène est admirable.

  • avoir-alire

    Kirill Serebrennikov capte intelligemment l’inventivité folle et le besoin d’émancipation d’une jeunesse rock de la scène underground soviétique des années 80. Avec énergie et maestria, il livre une œuvre éloquente qui dépasse les canons poussifs du biopic musical.

  • Le Monde

    Leto est une célébration énergique et gracieuse de la force solaire qui animait une poignée de musiciens.

  • Les Inrockuptibles

    Serebrennikov déplie tout un monde imaginaire, fait d'audace et de pulsion d'émancipation, à partir de la posture du fan. Une pure splendeur.

  • Paris Match

    Leto n'est pas seulement un film magnifique, une ode à la liberté et à la jeunesse traversée de renversantes idées de mise en scène. C'est un film que l'on a envie de faire découvrir à la terre entière en fredonnant les tubes - T-Rex, David Bowie, Kino -, qui tient la route en oubliant son contexte politique, mais qui prend une force toute particulière en connaissant le sort réservé au cinéaste - opposant à Vladimir Poutine, Kirill Serebrennikov est assigné à résidence.

  • Première

    Leto raconte la musique, les groupies, le désir... On pourraît être dans Control ou Velvet Goldmine, sauf qu'on est à Leningrad. On connaît la chanson, mais pas dans cette langue-là.

  • Le JDD

    Le réalisateur livre une reconstitution habile et vibrante, assez libre pour éviter les pièges et lourdeurs du biopic. Un beau film.

  • Télérama

    Planant, baroque, inventif, Leto nous fait ressentir et découvrir une nouvelle vague rock en train d'émerger. Un formidable courant d'énergie, d'ébullition créatrice qui porte avec lui les prémices d'un changement politique.

  • Transfuge

    Entre recherches formalistes et captation lyrique d'un bref moment d'euphorie, Leto réussit à inventer une image inédite de l'URSS : joyeuse, avenante, mais lucide.

  • L’obs

    Cette fougue, cette liberté imprègnent la mise en scène de Serebrennikov et ses séquences musicales.

  • Le canard enchaîné

    Une rêverie éveillée, où des intermèdes créatifs en forme de clips viennent colorer la grise réalité.

  • L'Express

    Une immersion passionnante dans un univers ultracontrasté.

  • Les cahiers du cinéma

    Le film dégage une vibration continue qui nous aura subjugués comme un chant astral et enivrant, nimbé d'une mélancolie de combat.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.