Drame (Royaume-Uni, Danemark). Avec Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland, John Hurt, Stellan Skarsgard, Charlotte Rampling.
Produit en 2010. Distribué par Les films du Losange.

Synopsis

Alors qu'un mariage tourne au fiasco, une planète nommée Melancholia se dirige droit vers la Terre et menace d'entrer en collision avec elle... Prix d'interprétation féminine, Festival de Cannes 2011.

Information spectateur

Le film sera présenté par Timothée Picard (Dramaturge au festival d’art lyrique).

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Le Monde

    Ce film magnifique, de ceux dont la vision restera gravée en nous, témoigne une fois encore de la stupéfiante disposition de Lars von Trier à faire voir son univers à travers une expression plastique constamment inventive, constamment renouvelée.

  • Libération

    Melancholia, incontestablement le film le plus accompli de Lars von Trier, a su rallier quasiment tous les suffrages. Quand la première heure aura passé, il ne restera plus rien de cette mascarade de mariage, sinon Justine rendue à elle-même : affolée. Ce n’est pas la première fois que le cinéaste représente les femmes en grandes hystériques. Mais il le fait enfin avec finesse, compréhension et délicatesse, en faisant de sa Justine une créature catatonique et vulnérable. Tourné comme en prédiction des récents tsunamis et autres séismes japonais, buvard d’une inquiétude qui in fine se sera retrouvée partout dans les films du Festival de Cannes, Melancholia est une sorte d’anti-Tree of Life : Dieu n’existe pas, nous ne serons pas sauvés, pas palmés. Mais la beauté ne nous aura pas épargnés.

  • Studio Ciné Live

    La fin du monde sublimée par Lars von Trier dans un film subjuguant de beauté.

  • Télérama

    Après un règlement de comptes familial façon Festen, le film bascule avec brio dans la science-fiction poétique. La vérité des êtres se dévoile à mesure que l'apocalypse approche. Et Lars von Trier délaisse sa misogynie pour signer deux admirables portraits de femme.

  • Les Inrockuptibles

    Grand film astral, Melancholia commence comme une farce cruelle à la Festen avant de basculer dans la science-fiction. Lars Von Trier affirme un brio indiscutable pour le spectacle.

  • Positif

    Divisé en deux parties, Melancholia dresse le portrait sensible de deux soeurs ennnemies, empêtrées dans un mariage dispendieux. Prenant le risque d'un dogme luxuriant, Lars von Trier fait le pari d'une science-fiction poétisée, un mélange des genres d'une homogénéité absolue. Il faut saluer en outre le courage d'un réalisateur qui entreprend sous nos yeux médusés une telle rupture stylistique au regard de son oeuvre, renonçant à des effets et à des provocations parfois stériles au profit d'un lyrisme d'une noire et profonde mélancolie.

  • Première

    Lars von Trier signe, non pas dans la fureur mais cette fois dans la sérennité, l'un de ses plus beaux cauchemars.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.