Du 17 avril 2019 au 30 décembre 2019
Une programmation de classiques du cinéma réédités en copie numérique restaurée. L'occasion de (re)découvrir sur grand écran des films cultes. Prochain film : Mort à Venise, le 23 avril au Mazarin. Tarifs exceptionnels : 4€ -de 14 ans, 5€ Cinétoile, 6€ Adultes
Drame (Italie). Avec Bjorn Andresen, Dirk Bogarde, Silvana Mangano.
Produit en 1971. Distribué par Warner.

Synopsis

Un compositeur vieillissant vient chercher à Venise une atmosphère propice à l'épanouissement de son art. N'y trouvant aucune inspiration, sa passion se réveille à la vue d'un jeune adolescent. Festival de Cannes 1971, 4 BAFTA : meilleurs décors, photographie, son et costumes. Restauration en 4K.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Célèbre pour sa grâce crépusculaire et hypnotique nourrie de superbes travellings, ce film surprend par son avant-gardisme. La réaction des Etats-Unis, qui voulaient que l'on remplace le jeune garçon par une fillette, m'a prouvé qu'ils n'avaient rien compris, et que Mort à Venise était très en avance sur son temps, déclara Dirk Bogarde, qui plaça sa carrière sous le signe de l'ambiguïté sexuelle, avec une pointilleuse idée fixe : brouiller les cartes. Et envoûter, comme dans ce chef-d'oeuvre asphyxiant. 

  • L'Express

    Mort à Venise est un film anachronique, pas moderne pour un sou, même si Visconti use et abuse de zooms pour mieux détacher ses personnages du cadre. Le maître, qui entame alors la dernière partie de sa carrière, fuit la vulgarité du présent pour sonder les tumultes du passé. 

  • Les Inrockuptibles

    Le sublime dans Mort à Venise naît du contraste saisissant entre une esthétique ronflante en panoramique et Cinémascope sur fond de Cinquième Symphonie de Mahler, et le recours obsessionnel à un procédé cinématographique méprisable : le zoom. Procédé méprisable parce qu'il transforme n'importe quelle caméra en viseur de fusil et place le spectateur dans la position embarrassante de voyeur. Le génie de Visconti consiste précisément à mettre en scène la violence d'un désir fou, incontrôlable, à travers cet artifice.

  • L'Obs

    Il faut revoir Mort à Venise, requiem mélancolique d'un grand cinéaste.

Toutes les critiques Réduire
Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.