Drame (France). Avec Denis Ménochet, Jean-Pierre Martins, Philippe Nahon.
Produit en 2013. Sortie le 23/10/2013. Distribué par UFO.

Synopsis

France, début des années 60. Simon, catcheur, porte le masque blanc, sur le ring il est "Le Spectre". Il propose à son ami Victor, de retour de la guerre, d’être son adversaire au masque noir : "L'Équarrisseur de Belleville". Semaine de la critique, Festival de Cannes 2013.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Première

    Le résultat a un charme indéniable. Dans un noir et blanc que le numérique magnifie un peu trop, le réalisateur réinvente un Paris plus onirique que réaliste, traversé par deux interprètes au physique adapté, Denis Ménochet, réincarnation de Lino Ventura, et Jean-Pierre Martins, frère jumeau de Michael Madsen.

  • Studio Ciné Live

    Il y a (au moins) trois raisons de découvrir ce premier film. D'abord pour sa facture, hommage aux viriles productions des années 50 nullement pastichées et réinventées avec une ambition formelle. Ensuite, pour ses deux acteurs, dont le jeu complice révèle la fragilité psychique et l'ambiguïté douloureuse. Et enfin pour son évocation du 7e art convoquant les figures spectrales du cinéma muet, les gueules de l'après-guerre et les femmes émancipées de la Nouvelle Vague.

  • V.O

    Ce film détonne dans le jeune cinéma français.

  • Les Inrockuptibles

    Le film ne sombre jamais dans le piège du passéisme, grâce à sa reconstitution historique économe, à sa stylisation épurée, à ses ralentis, à ses trouées méditatives et à la musique électro-atmosphérique.

  • Libération

    Dans ce périple initiatique, David Perrault a fait tomber son propre masque et donc vidé la malle aux souvenirs, convoquant des figures tutélaires telles que Nerval, Baudelaire, Gainsbourg, Rabelais, Wellmann et Cagney.

  • Télérama

    Nous voilà très loin du cinéma français qu'on voit d'habitude, dans un film-ovni. Sa vraie richesse visuelle, après une mise en place un peu sage, se déploie progressivement, superbement. En une généreuse déclaration d'amour au cinéma.

  • Avoir-alire.com

    A la fois ultra-référentiel et en même temps totalement original, ce premier film de David Perrault a le mérite de sortir des sentiers battus d’un certain cinéma français.

  • Télérama

    Le film aurait pu crouler sous ces références tous azimuts. Il parvient à intégrer sa cinéphilie dans une réflexion troublante sur le spectacle. Et à éviter le passéisme grâce à une mise en scène ultra stylisée et une surprenante musique nimbée d'électro.

  • Positif

    Cette histoire de catcheurs dans la France dans les années 60 est culottée à plus d'un titre. Sa forme d'abord, à mille lieues d'une reconstitution historique. On pense autant à Jacques Becker qu'à Wong Kar-wai. C'est un film atypique, audacieux et modeste.

  • Teaser

    Cette proposition de cinéma, intime, pop et entière, défend simplement un esprit de liberté diablement communicatif. Un coup de coeur à ne pas manquer.

  • Causette

    C'est une comédie magnifique et troublante. Noir et blanc contrasté, dialogues au parfum d'Audiard, bistrots. Suspense et poésie. Ajoutons que les deux personnages féminins sont pleins de fougue et d'intelligence.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.