Drame (Norvège). Avec Anders Danielsen Lie, Hans Olav Brenner, Ingrid Olava.
Produit en 2011. Sortie le 29/02/2012.

Synopsis

Anders va bientôt terminer son programme de réhabilitation pour toxicomanes à la campagne. Il est autorisé à aller en ville passer un entretien. Mais il profite de l’occasion pour rester en ville, flâner et revoir des gens qu’il n’a pas vus depuis longtemps... Un Certain Regard, Festival de Cannes. Grand prix du Jury, Festival d'Angers.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Le Monde

    Enfant de la culture pop fasciné par Bresson, Joachim Trier affine son étude du spleen suicidaire avec cette adaptation libre du Feu follet de Drieu La Rochelle dont Louis Malle tira déjà un très beau film en 1963. Interprétées par un remarquable comédien, ces dernières 24 heures de la vie d'un homme distillent un sentiment physique de l'espace, comme chez Antonioni.

  • Positif

    Ce deuxième film ultra-sensible a beau être marqué par le spleen de son personnage principal, il donne un sentiment de trop-plein de vie que de solitude. Porté par un acteur doué d'une acuité et d'une intelligence de jeu exceptionnelles, Oslo, 31 août est la captivante et poétique chronique d'un jeune homme qui combat ses démons.

  • Abus de ciné

    Oslo, 31 août apparaît comme un film nostalgique et très poétique. Joachim Trier fait de son dernier long-métrage, une œuvre forte et émouvante. La densité dramatique, la tension narrative et le déclin progressif du personnage principal font d'Oslo, 31 août un film à ne pas manquer.

  • Première

    Oslo, 31 août confirme les promesses de Nouvelle Donne. Le film est plus direct, moins dispersé, le récit, librement inspiré du Feu follet de Drieu La Rochelle, gagne ainsi en intensité dramatique. Anders Danielsen, remarquable, joue la retenue meurtrie avec une belle constance.

  • avoir-alire.com

    Une remarquable plongée au cœur de la dépression d’un jeune homme. Tétanisant.

  • Studio Ciné Live

    C'est puissant, aérien et finalement terriblement vivant.

  • Clap Mag

    Une vision brillante d’une jeunesse norvégienne en quête de repères. Un film coup de poing imprégné par le poids du destin.

  • Télérama

    Une sublime balade norvégienne où un suspense poignant s'insinue dans cette douceur. Le film brille par une dernière ligne droite étourdissante, toute en sensations et décibels.

  • Le canard enchaîné

    Un film dur comme une pierre, mais aussi beau et tendre comme une feuille qui tremble au vent. Rarement la question du suicide a été abordée avec tant de délicatesse au cinéma.

  • Les Inrocks

    Beau film impressionniste. La présence délicate et nuancée de son acteur principal est à souligner.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.