Comedie dramatique (France). Avec Suzanne Lindon, Arnaud Valois, Frédéric Pierrot.
Produit en 2020. Sortie le 16/06/2021. Distribué par Paname.

Synopsis

Suzanne a seize ans. Elle s’ennuie avec les gens de son âge. Tous les jours pour aller au lycée, elle passe devant un théâtre. Elle y rencontre un homme plus vieux qu’elle qui devient son obsession... Festivals de Cannes, Angoulême, San Sebastian et Toronto 2020.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Ciné moi je

    Suzanne Lindon fait une arrivée prometteuse dans le monde de la réalisation. C’est tendre et c’est pudique ; il y a un peu d’Effrontée de Charlotte Gainsbourg dans le film, mais ça n’ose pas l’effronterie, tel est le propos et c’est beau.

  • Cineuropa

    Ce film très frais, à la fois ultra référencé et néanmoins original, démontre suffisamment de caractère pour attendre avec curiosité le prochain opus de la réalisatrice.

  • Première

    L'épure de la mise en scène évite l'éparpillement et a le mérite de regarder son sujet à hauteur de vue et non à travers le prisme adulte.

  • Bande à part

    Une odyssée intérieure d’une heure et quatorze minutes traversée par la sensualité, la fantaisie et la grâce.

  • Avoir-alire

    Un joli film sur l’adolescence, mais surtout une première œuvre d’une toute jeune réalisatrice de vingt ans, dont le talent nous laisse pantois.

  • Abus de ciné

    Le premier long métrage de Suzanne Lindon fait preuve d’une étonnante maturité. Captant à la fois les hésitations timides et les pulsions téméraires d’une adolescente, maladroite dans ses tenues vestimentaires comme dans les hasards qu’elle tente de provoquer, Suzanne Lindon met en scène avec justesse le désir d’une vie d’adulte et la peur d’aller trop vite. Grâce à quelques scènes où une fantaisie chorégraphique s’invite dans le quotidien, elle donne à son film une réelle fraîcheur. Doux amer, porté par des chansons de Christophe, le film respire l’optimisme d’un début de vie.

  • Le Monde

    Pour son premier film, Suzanne Lindon fait preuve d'une maîtrise et d'une finesse remarquables.

  • Le canard enchaîné

    Ce film écrit à 15 ans et tourné à 19 ans a le charme fragile d'une esquisse et parvient à capter un je-ne-sais-quoi de l'adolescence, entre ennui et mélancolie, spontanéité et gaucherie. Joliment dessiné.

  • Elle

    Un premier film subtil et gracieux sur l'adolescence.

  • Paris Match

    La jeune réalisatrice impressionne par sa maturité et sa capacité à assumer de bout en bout le parti pris de raconter sa délicate histoire d’amour via des scènes dansées audacieuses.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.