Comedie dramatique (Italie). Avec Toni Servillo, Riccardo Scamarcio, Fabrizio Bentivoglio, Elena Sofia Ricci.
Produit en 2018. Sortie le 31/10/2018. Distribué par Pathé.

Synopsis

Il a habité nos imaginaires par la puissance de son empire médiatique, son ascension fulgurante et sa capacité à survivre aux revers politiques et aux déboires judiciaires. Il a incarné pendant vingt ans le laboratoire de l’Europe et le triomphe absolu du modèle libéral... Festival de Toronto.

Les séances

Du samedi 17 novembre 2018 au mardi 20 novembre 2018
  • Au Mazarin

Sam. 17 Nov..

Dim. 18 Nov..

Lun. 19 Nov..

Mar. 20 Nov..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Cineuropa

    Un torero : c'est ainsi que Paolo Sorrentino décrit Silvio Berlusconi dans la note d'intention qui accompagne son huitième film, Loro, dédié à l'homme d'affaires italien qui fut quatre fois Premier ministre. Sorrentino s'éloigne définitivement du tableau sarcastique du pouvoir qu'il dessinait dans Il divo et de l'intensité visuelle de La Grande Bellezza. Sur un ton tendre qui ne trahit aucune répulsion, Loro se déplace sur le terrain du grotesque sans malice, léger, dépourvu d'intention moraliste.

  • Première

    Un film mélancolique et vénéneux, baroque et fascinant. C'est un dédale de digressions et de vignettes fulgurantes qui passent d'un point de vue à l'autre, organisant un immense canevas pointilliste, une charade sensorielle. Silvio synthétise tout le cinéma de Sorrentino pour le porter à incandescence : la laideur morale de L'ami de la famille, le dandysme de La Grande Bellezza, la cruauté d'Il Divo. Gros gros choc.

  • Le JDD

    Le cinéaste de La Grande Bellezza n'a pas son pareil pour filmer des scènes de fête où règnent la démesure et la décadence. Sorti en deux parties en Italie, ce portrait a été réduit de moitié pour l'international. En condensant son histoire, Paolo Sorrentino ne permet pas à sa mise en scène, poétique et flamboyante, de se déployer. Son caméléon Toni Servillo est exceptionnel en magnat pathétique.

  • Télérama

    Un grand film politique, exagéré, trouble et terriblement lucide.

  • avoir-lire.com

    Un biopic décapant conforme au style flamboyant et à la tonalité politique du cinéma de Paolo Sorrentino. Du grand art !

  • Transfuge

    Une bouffonnerie géniale et glaçante autour de Silvio Berlusconi.

  • Le canard enchaîné

    Après trois quarts d'heure tonitruants, qui mettent en scène, façon Scorsese, l'ascension d'un proxénète dans une société du spectacle et de la corruption, la rencontre avec Berlu fait basculer le film dans la guignolade. Les images débordent de silicone et de clinquant, de jeux de cour médiocres...

  • L'Obs.

    C'est un opéra bouffon, le film somme d'un esthète de la vacuité contemporaine, foisonnant d'idées de mise en scène et nourri, hors champs, de tout ce que l'on sait de ce Cavaliere à la rieuse figure, qui a fait de son Italie son Luna Park.

  • L'Express

    Brillamment mis en scène avec un Toni Servillo toujours au sommet, un film fascinant.

Toutes les critiques Réduire
Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.