Comedie dramatique (France, Etats-Unis). Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, John Goodman, James Cromwell, Penelope Ann Miller, Missi Pyle .
Produit en 2011. Sortie le 12/10/2011.

Synopsis

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va tout changer. Prix d'interprétation masculine, festival de Cannes 2011. 3 Golden Globes. 7 BAFTA, Goya du meilleur film européen, 6 César : meilleurs film, réalisateur, actrice, musique, photo et décors, 4 Film Independent Spirit Awards, 5 Oscars : Meilleurs film, réalisateur, acteur, musique et décors.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Le Monde

    Sur un sujet proche de Chantons sous la pluie, The Artist est mené avec une virtuosité euphorisante.

  • Le Nouvel Obs.

    Un vrai mélo, drôle, bouleversant, innervé par une cinéphilie généreuse.

     

  • Les Inrockuptibles

    Sur cette intrigue de mélodrame, Hazanavicius bâtit un joli film élégant, plein de gags et d'idées. Une réussite.

  • Télérama

    Laisser juste le charme agir. Dans The Artist, c'est d'une envolée de manche, d'un mouvement de sourcils que Jean Dujardin fait rire et pleurer. De quoi nous laisser coi.

  • Le Journal du Dimanche

    Le film le plus beau et le plus original de l'année. Un sans-faute artistique.

  • Le Parisien

    Un long-métrage grand public et familial, drôle parfois, souvent très émouvant, formidablement interprété.

  • Studio Ciné Live

    Un brillant hommage au cinéma muet habité par un duo comme ressuscité du passé.

  • le Figaro

    Poétique, émouvant, The Artist se mue en un pur mélodrame qui raconte sans parole une romance éternelle.

  • 20 Minutes.

    Cet exercice de style réjouissant repose énormément sur les performances de ses deux acteurs principaux. On est cependant constamment surpris par la beauté des images et les nombreuses idées de mise en scène.

  • quotidienducinema.com.

    The Artist, c'est finalement le retour à des codes ancestraux à la sauce actuelle, utilisés avec sincérité et authenticité. C'est également un véritable hommage au cinéma, émouvant et interprété avec justesse et précision. L'attente fut longue, mais le plaisir de regarder ce petit bijou le fut tout autant.

  • Le canard enchaîné

    Flamboyant façon Douglas Fairbanks et cabotin façon Charlot, Jean Dujardin mérite amplement ses prix.

  • Les Inrockuptibles

    Entre comédie et mélodrame, un pastiche à la fois très enlevé et profondément délicat du cinéma hollywoodien des années 20.

  • Télérama

    A peine décalé, juste un rien désuet, Jean Dujardin apporte à son personnage une candeur facétieuse, un charme fragile. Drôle, certes, mais aussi capable d'émouvoir.

  • Première

    Un scénario simple et lumineux, une esthétique irréprochable et un casting de choc.

  • Excessif

    The Artist s'impose comme une réussite totale. Drôle, tragique, lyrique, il transpire l'amour du grand cinéma.

  • Filmsactu

    The Artist accumule les bonnes idées, jouant parfois sur le son, l'utilisation des intertitres, le montage ou les mises en abîmes. A voir absolument.

Toutes les critiques Réduire
Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.