Documentaire live (France). Avec Natalie Dessay, Jean-Francois Sivadier, Louis Langrée.
Produit en 2011. Sortie le 24/10/2012. Distribué par Sophie Dulac.

Synopsis

Printemps 2011, Jean François Sivadier met en scène La Traviata, à Aix en Provence, sous la direction de Louis Langrée. Natalie Dessay est Violetta. Pendant deux mois, des salles de répétitions aux coulisses du Théâtre de l’Archevêché, une équipe de cinéma a suivi leur travail au plus près.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • avoir-alire.com

    Sans jamais avoir recours à la moindre voix off, le réalisateur nous convie à un making of qui ne se résume pourtant pas à une unique plongée dans les coulisses d’un chef d’œuvre. En suivant pas à pas les répétitions, le cinéaste respecte scrupuleusement la chronologie du livret. Par cette astuce de montage, le documentariste arrive à nous expliquer le rôle de chaque intervenant tout en racontant finalement l’histoire de La Traviata et en nous faisant profiter des plus beaux airs d’une œuvre en tous points somptueuse. 

  • Première

    Recherche des émotions, mouvements des corps, tessiture des voix : Philippe Béziat nous rend tout cela à fois familier et nouveau. Souvent drôle, évidemment bouleversant. Splendeur et magie d'un work in progress.

  • avant-scène opéra

    De même qu’elle brûle les planches, Natalie Dessay crève l’écran, de ses grands yeux avides de mieux discerner, percevoir, humer presque, le geste et son idée ; de son corps menu mais qui sait se tordre comme un arbre noueux ; de son visage expressif mais capable de s’absenter à lui-même pour mieux être traversé par l’Autre. De sa voix elle aussi consumée, enfin, offrande au théâtre et au public qui fit le prix de sa Traviata, et fait toute l’exceptionnelle importance de cette artiste. D’un montage poétique et ingénieux, qui couvre chronologiquement le déroulé des trois actes de l’opéra mais ne s’interdit pas les sauts dans le temps et les lieux, on retient la chute au sol de Violetta-Natalie, vertigineusement tournoyante, répétée avec acharnement, montée en boucle au point d’en devenir infinie.

  • Studio Ciné Live

    Une approche sensible et sensorielle de l'opéra. D'une caméra à la fois réfléchie et intuitive, toujours à bonne distance des chanteurs, Philippe Béziat saisit les instants de doute, de quête fébrile ou de rivalité sourde. Superbe.

  • Le JDD

    Sans commentaire et avec pour fil rouge la transformation graduelle de Natalie Dessay en Violetta, son film restitue les meilleurs moments de ce travail de création. Cette précieuse occasion d'observer une star du lyrique avec un grand metteur en scène à l'ouvrage prend la forme d'un vrai plaisir de cinéma.

  • Le Monde

    Béziat reste attentif à des détails qui semblent minuscules, à des débats de mise en scène qui semblent ne pas avancer. C'est tout cela pourtant qui fait le travail et donne corps à l'oeuvre, au point qu'il ne soit pas nécessaire d'en montrer la représentation finale. Les non-initiés trouveront peut-être l'exigence trop grande. L'ensemble forme un document d'exception, aussi fin qu'inventif, qui éclaire admirablement l'opéra.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.