Drame (France). Avec Mathieu Kassovitz, Marie-Josée Croze, Eric Caravaca.
Produit en 2014. Sortie le 19/11/2014. Distribué par Pathé Distribution.

Synopsis

Sébastien Nicolas observe, suit puis imite les gens qu’il rencontre. Il traverse leurs vies. Mais certains voyages sont sans retour...

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Matthieu Delaporte

    L’écriture du film a été motivée par une réflexion autour de l’identité. Ce qui m'intéressait, c'était l’inadéquation entre l’être intérieur d’un individu et son être extérieur : comment expliquer qu’on puisse être convaincu de ne pas être ce qu’on donne à voir de soi ? Un illustre inconnu a donc démarré par un questionnement sur la solitude : qu’est-ce que cela représente d’être soi face aux autres ?

  • Dossier de presse

    Durant leur travail d’écriture, les auteurs ont été inspirés par des écrivains tels que Romain Gary et Fernando Pessoa, qui s’inscrivent dans la lignée d’une réflexion sur le double. 

  • Studio Ciné Live

    Un scénario minutieux, petite machine de guerre implacable. Il y a également l'étonnante maîtrise stylistique du film, ce goût du détail, ce travail sur les atmosphères, les couleurs, les décors, assez inhabituel dans le cinéma français. Machiavélique, sombre, pessimiste, Un illustre inconnu est un film qui surprend, captive, aidé par un Kassovitz qui retrouve là l'essence de son talent d'acteur.

  • Première

    Après le carton du Prénom, enchaîner sur un thriller existentiel aussi gonflé, ça a de la gueule. On sent que Delaporte a envie de chatouiller le système, il a la gnaque et l'audace du kamikaze.

  • JDD

    Le style, le climat, la mise en scène de cette quête d'identité soutiennent les ambitions d'un film sombre et fascinant. Un thriller psychologique qui distille avec précision sa dose d'angoisse, d'esbroufe, de mystification. Quant à Mathieu Kassovitz, il nous sort le grand jeu. Complètement séduits !

  • Télérama

    Matthieu Delaporte impose dès le début une atmosphère d'angoisse très stylisée, intemporelle. Le film, comme son héros, garde jusqu'à la fin une certaine gueule.

  • Le Canard enchaîné

    Mathieu Kassovitz est doublement sidérant.

  • Culture box.

    Le jeu des apparences est trompeur. C'est un bonheur de s'y laisser prendre.

  • Le Parisien

    Un thriller étrange mais fascinant dont l'efficacité repose sur un scénario solide.

  • Cinema Teaser

    Un film français ambitieux.

  • L'Express

    Un thriller dense et intrigant.

  • Culture box

    Le film de Matthieu Delaporte étonne par la qualité de son sujet, de son scénario, et de son évolution narrative. Composé en flash-back, la mise en scène y gagne en efficacité, subtilité et élégance.

  • Métro.

    Soignant son cadre et sa direction d'acteur, le cinéaste rend digeste cette épopée psychique et kafkaïenne. Mathieu Kassovitz est déroutant.

  • Le Point

    La prestation de Mathieu Kassovitz nous scotche au fond du fauteuil. (...) Le résultat est bluffant.

  • Nouvel observateur

    De l'ancrage social du personnage à la mise en scène de ses fantasmes, le film séduit par sa rigueur et son efficacité. Il captive le spectateur par la mécanique du récit d'une supercherie et le sidère avec une batterie de visions hallucinantes, entre cauchemar forain et farce souterraine.

Toutes les critiques Réduire
Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.