Drame (France, Belgique). Avec Judith Chemla, Jean-Pierre Darroussin, Yolande Moreau, Swann Arlaud, Clotilde Hesme, Finnegan Oldfield.
Produit en 2016. Sortie le 23/11/2016. Distribué par Diaphana.

Synopsis

Normandie, 1819. A peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare. Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler. D'après Guy de Maupassant. Prix de la critique internationale, Festival de Venise.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Dans son audace, Brizé reste humble. Ici, pas de fresque rutilante, de costumes chatoyants, mais la campagne humide, et le regard resserré sur une femme. La qualité du film est de freiner curieusement sa part mélodramatique et romanesque. En jouant souvent sur le décalage entre la voix off (plutôt littéraire, dynamique) et l'image, simple, presque plate. On la voit dépérir à vue d'œil, mais Judith Chemla lui donne une forme d'innocence rageuse, de foi gracieuse. Une vie n'est pas parfait, mais il arrive à convaincre en captant ce trop-plein de vie sourde au fond des grands dépressifs.

  • Focus

    Un fascinant portrait de femme transcendé par la composition frémissante de Judith Chemla.

  • Studio Ciné Live

    Stéphane Brizé joue de l'ellipse avec brio. La profondeur du regard et l'intensité du jeu de Judith Chemla font vibrer l'écran.

  • CGP Le Mag

    Le réalisateur de La loi du marché s’attaque à l’un des plus beaux romans de Maupassant, et donne à Judith Chemla un rôle superbe.

  • Version Femina

    En format carré, Stéphane Brizé enserre son héroïne, habitée par l'époustouflante Judith Chemla. Un beau film triste au casting parfait.

  • Le JDD

    Un grand film d'atmosphère délibérément trempé dans un romantisme sombre, parfaitement incarné. Sans prétention psychologique ni autre spectacle que celui de la vertigineuse traversée de cette femme, cet émouvant portrait met en lumière le paradoxe d'une âme pure, mais indigente face aux dures réalités de la vie.

  • VO

    Finalement plus proche de Flaubert ou des Soeurs Brontë que de Maupassant, Une vie sait être à fleur de peau pour suivre une femme qui se fane.

  • Le Monde

    Stéphane Brizé adapte Une vie avec une ardeur ascétique. L'actrice Judith Chemla a gardé du personnage une candeur inflexible.

  • Le canard enchaîné

    Le choix original du format carré ferme le cadre et serre les personnages au plus près. Grâce à l'extrême sensibilité de Judith Chemla, le pari est réussi.

  • Première

    Déjà héroïsé dans Une vérité qui dérange (2006), Al Gore revient onze ans plus tard et plus en forme que jamais.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.