Drame (Australie). Avec Caleb Landry Jones, Judy Davis, Anthony LaPaglia.
Produit en 2021. Sortie le 11/05/2022. Distribué par Ad Vitam.

Synopsis

En Australie dans le milieu des années 90, Nitram vit chez ses parents, où le temps s’écoule entre solitude et frustration. Alors qu'il propose ses services comme jardinier, il rencontre Helen, une héritière marginale qui vit seule avec ses animaux. Ensemble, ils se construisent une vie à part. Quand Helen disparaît tragiquement, la colère et la solitude de Nitram ressurgissent… Meilleur acteur, festival de Cannes 2021.

Les séances

Du samedi 21 mai 2022 au mardi 24 mai 2022
  • Au Renoir

Sam. 21 Mai.

Dim. 22 Mai.

Lun. 23 Mai.

Mar. 24 Mai.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Positif

    On ressent le sentiment glaçant de menace permanente et la douceur malaisante, impénétrable de l'époustouflant Caleb Landry Jones.

  • Mondociné

    La force du film de Justin Kurzel est de ne jamais chercher ni le pathos, ni la révolte, pas plus que l’empathie. Le cinéaste reste neutre, presque clinique. Porté par un formidable Caleb Landry Jones, Nitram est un remarquable portrait de la marginalité.

  • avoir-alire

    Alternant passages romanesques et ton semi-documentaire, lenteur du rythme et ellipses, Nitram est une réussite, grâce au jeu hallucinant de Caleb Landry Jones (Antiviral).

  • Le bleu du miroir

    Dans son esthétique de film social, Nitram fait écho au cinéma de Gus Van Sant.

  • baz-art

    Un film intense et incandescent.

  • Paris Match

    Mettant avec intelligence la violence à distance, Kurzel maîtrise de bout en bout ce film analytique d'une noirceur absolue.

  • Le Monde

    Le réalisateur des Crimes de Snowtown signe un film étrange et angoissant.

  • Teaser

    Établissant une bulle mentale, le film oppresse par son esthétique lumineuse quasi naïve, par un travail écrasant sur le son, par ce regard torturé et pourtant inconséquent que le personnage porte sur le monde.

  • Le JDD

    Tourné chronologiquement pour faire monter la tension, ce drame psychologique, tiré d’un fait-divers qui a traumatisé l’Australie en 1996. On songe à Elephant (2003) et Utoya22 juillet (2018). Dans le rôle principal, Caleb Landry Jones est phénoménal en individu en perdition. Dur et frontal, mais jamais complaisant.

  • Télérama

    Un film singulier et sidérant où Caleb Landry Jones est si dérangeant, si formidable dans son opacité poisseuse qu'il a amplement mérité son prix d'interprétation à Cannes.

  • Le canard enchaîné

    Inspiré par un drame réel, Justin Kurzel explore avec une poignante sobriété le cheminement intérieur de son héros, glissant vers le pire.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.