Drame (Etats-Unis). Avec Ben Affleck, Javier Bardem, Rachel McAdams, Olga Kurylenko .
Produit en 2012. Sortie le 06/03/2013. Distribué par Metropolitan.

Synopsis

Après avoir vécu une passion au Mont-Saint-Michel, un couple s'installe dans l’Oklahoma. Festivals de Venise et Toronto.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Libération

    Comme Tree of Life, ce film se détache vite de ce qu’il pourrait relater, pour se faire collage de plans fugaces en incessant mouvement, d’une fluidité liquide, nappé de voix spectrales. Voix féminines en l’occurrence, puisque dans cette coulée de mysticisme amoureux, si Ben Affleck est de la plupart des plans, il est réduit à une présence de pantin quasi muet et impassible. Les splendeurs nature et découvertes qui sillonnent son cinéma depuis toujours trouvent, ici encore, toute leur place, mais avec une grâce inégale. Malick filme aussi ici pour la première fois le monde contemporain dans sa banalité et sa laideur. C’est peut-être grâce aux potentialités du montage numérique que l’on annonce pour l’année prochaine pas moins de deux longs métrages signés Terrence Malick, dont l’un autour de la scène rock hipster d’Austin, Texas.

  • Première

    La puissance picturale de certaines images évoque les grands peintres américains, comme Andrew Wyeth avec qui Malick partage cette idée que derrière l’apparente beauté de la nature se cache une dimension plus grande et plus cruelle. Malick est un maître de ce langage qui associe l’image, le mouvement, le son et la musique. Sa capacité à produire du beau est si convaincante qu’elle rappelle une autre analogie qui associe le beau et le vrai. Encore une question de foi.

  • Cinemateaser

    Terrence Malik signe un nouveau poème visuel. Tout aussi expérimental que The Tree of Life, mais moins marquant.

  • Le JDD

    Visuellement, le film surfe sur la vague de The Tree of Life, avec une photographie somptueuse, tout en bénéficiant d'une narration plus linéaire, moins destructurée. L'artiste signe une oeuvre sensorielle, onirique, hypnotique, entre impressionnisme et abstraction. Une ode musicale pleine de sensibilité et de tendresse.

  • Première

    Malick ne tient pas constamment son tempo élégiaque, mais A la merveille reste un film prodigieux. Aujourd'hui, à Hollywood, lui seul emprunte cette route d'un cinéma total et sensualiste.

  • Télérama

    Terrence Malick (La balade sauvage, Les moissons du ciel) a changé d'angle, de regard, d'approche. Seules les brisures semblent désormais le passionner. Comme si la vie n'était plus qu'un songe. Toutes ces solitudes en souffrance évoquent irrésistiblement Ingmar Bergman. Mais un Bergman sans haine ni colère.

  • Positif

    Un stupéfiant poème lyrique.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.