Fantastique (Allemagne, France). Avec Vincent Cassel, Léa Seydoux, André Dussollier, Eduardo Noriega, Myriam Charleins, Audrey Lamy.
Produit en 2013. Sortie le 12/02/2014. Distribué par Pathé Distribution.

Synopsis

1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Clapmag.

    S’attaquer à l’un des contes de fée les plus appréciés et les plus adaptés au cinéma est un challenge de taille. Le réalisateur français Christophe Gans a jeté son dévolu sur La Belle et la Bête, après la version de Jean Cocteau de 1946, admirée dans le monde entier, et celle des studios Disney, elle aussi saluée par la critique. "Je n’ai jamais cherché à faire un remake de la version de Cocteau, mais plutôt une nouvelle adaptation du conte" déclare-t-il dans le dossier de presse. Une ambition noble, pour une réussite incontestable. 

  • clapmag

    Une des belles idées de cette nouvelle mise en scène du conte est le choix d’une identité visuelle affirmée. Gans s’inspire de la  poésie simple des décors de Cocteau et de Disney, mais s’en éloigne pour offrir une vision encore plus magique, plus grandiose. La Belle et la Bête reste un grand spectacle à couper le souffle, qui transporte le spectateur dans un rêve éveillé. Christophe Gans nous offre sa version du conte, prouvant d’une part son talent de "peintre" cinématographique, mais aussi que le récit avait beaucoup plus à montrer qu’il ne le semblait. 

  • Dossier de presse

    Christophe Gans a déclaré s'être inspiré de l'univers du cinéaste japonais Hayao Miyazaki car selon lui ses oeuvres incarnent une vraie notion de féerie. De plus, le réalisateur a fait part de son envie de réaliser une adaptation qui revenait à l'origine du conte. Il souhaite donner une nouvelle vision du conte et faire de son film la première adaptation du texte original. Le film est directement adapté du conte publié en 1740 par Madame de Villeneuve.

  • Studio Ciné Live.

    Avec cette nouvelle version du conte, Christophe Gans crée un univers proche d'un livre d'images, en édifiant un château labyrinthe endormi sous les roses, terre de La Bête.

  • le JDD

    Un film familial de qualité, le meilleur réalisé par Christophe Gans depuis Le Pacte des Loups.

  • Nouvel Observateur

    La version de Christophe Gans, épique et survoltée, est une "love story transgressive", où passe l'ombre de Miyazaki et celle de Mme Leprince de Beaumont, l'auteur du conte d'origine.

  • Mad Movies

    La générosité dont fait preuve Gans emporte tout sur son passage et les ambitions romanesques de La Belle et la Bête anoblissent le cinéma français.

  • aVoir- aLire.com.

    Plus proche du Labyrinthe de Pan dans la forme que de la vision de Cocteau, La Belle et la Bête est une démonstration esthétique.

  • Technikart

    Un film de princesse qui n'a pas peur de Cocteau, pas peur de l'ornementation ou de la douceur, un film qui se fait une très haute idée de son public privilégié : les enfants.

  • 20 minutes

    Ce conte de fées peuplé de petites créatures charmantes cache de fort jolies surprises dans les couloirs de son superbe château.

  • Culturebox

    Une grande aventure visuelle, démonstrative d’un savoir-faire français de haute volée.

  • Le Parisien

    Un spectacle et des paysages qui nous en mettent carrément plein les yeux. Locataires de cette magnificence, Léa Seydoux et Vincent Cassel relèvent le gant en belles bêtes de scène.

  • Critikat.com

    Christophe Gans propose un spectacle efficace où le merveilleux côtoie la brutalité. Un mariage pour le moins excitant.

  • Première

    Rien qu’en termes visuels, le résultat atteint un niveau inédit dans le cinéma français. Pour un film réalisé à 70% en image de synthèse, la soudure entre le réel et le virtuel est invisible la plupart du temps, à quelques exceptions près. Le scénario, par ailleurs, qui apporte une sensibilité nouvelle et des développements jamais explorés à un récit pourtant fidèle à l’original.

  • Première

    La grande réussite du film consiste à faire passer l’émotion quand il le faut. La première fois que la bête laisse partir Belle est un grand moment réussi. Il y en a beaucoup d’autres, aussi forts. Et c’est le pari tenu de ce film de laisser parler la sensibilité sur un terrain si balisé.

  • Ecran large

    Le pacte de Gans, celui d’être face à un spectacle féérique hors norme, est amplement tenu. Voilà bien une œuvre unique dans le paysage cinématographique français, terriblement généreuse et attachante.

Toutes les critiques Réduire
Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.