Drame (Etats-Unis). Avec Ben Foster, Thomasin Harcourt McKenzie.
Produit en 2018. Sortie le 19/09/2018. Distribué par Condor.

Synopsis

Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle. Expulsés soudainement de leur refuge, les deux solitaires se voient offrir un toit, une scolarité et un travail. Alors que son père éprouve des difficultés à s'adapter, Tom découvre avec curiosité cette nouvelle vie. Le temps est-il venu pour elle de choisir entre l’amour filial et ce monde qui l'appelle ? Quinzaine des Réalisateurs, Festival de Cannes 2018.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Positif

    Dans leur complicité, leur laconisme et leur force d'émotion, les deux acteurs sont sensationnels.

  • Première

    La réalisatrice de Winter's Bone plonge à nouveau au coeur de l'Amérique profonde et en revient avec ce film faussement simple, vraiment troublant.

  • Grazia

    Une fable à la Mosquito Coast, traitée ici sur un mode tout doux, soyeux. L'horizon est noir, le conte gothique n'est jamais très loin, et pourtant le film donne l'impression à son spectateur de marcher sur un tapis de mousse. Sans raideur théorique à la Kelly Reichardt ni prêchi-prêcha écolo, Granik filme les mille nuances de la végétation, musarde dans une communauté alternative.

  • Libération

    Simple et intense, un drame sans pathos.

  • Studio

    Debra Granik ne questionne pas le bien-fondé d'un tel mode de vie, dont les véritables motivations resteront mystérieuses. Elle évite de la même manière le côté Castor Junior en forêt pour se focaliser sur les liens qui unissent un père et sa fille. C'est là que le film trouve sa raison d'être et sa force.

  • avoir-lire.com

    Cet attachant portrait de relation père/fille dans un cadre original confirme le talent d’une réalisatrice indépendante inspirée.

  • Le JDD

    Une belle et forte histoire de relation fusionnelle coupée du monde, mais en harmonie avec la nature. Comme Captain fantastic le faisait sur le ton de la fable, cette chronique écolo-humaniste pose la question sur un mode plus réaliste en montre que l'utopie reste possible, mais déchirante.

  • Le canard enchaîné

    La jeune Thomasin Harcourt McKenzie y brille par son jeu subtil. De bon augure, sachant que l'excellent Winter's Bone de la même réalisatrice avait révélé Jennifer Lawrence !

  • Le Monde

    Le film est une balade qui célèbre et déplore la fin de l'enfance.

  • Télérama

    On retrouve le minimalisme lyrique d’une Kelly Reichardtla même grâce dans la façon de mettre au diapason personna­ges et paysages. Adapté d’un roman qui fut tiré d’une histoire vraie, Leave no trace met en lumière l’Amérique des marges, peuplée de laissés-pour-comp­te ou d’oubliés volontaires, adeptes de la décroissance. 

  • L'Express

    Passionnant et dosant subtilement les émotions, le récit se découvre comme un beau récit d'apprentissage.

  • L'Obs.

    Son approche béhavioriste et sa mise en scène factuelle, dépassionnée, font le prix et la limite de ce beau film pudique sur une Amérique alternative, tiré d'un fait divers réel ayant donné lieu à un roman L'abandon de Peter Rock.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.