Drame (France). Avec Michel Houellebecq, Bertram Marius.
Produit en 2014. Sortie le 10/09/2014. Distribué par Ad Vitam.

Synopsis

Paul, un employé sur une plateforme téléphonique, est en plein burn-out. Un vendredi 13, la chronique du journal télévisé sur ce jour particulier lui apparaît comme un signal pour passer à l'acte. Décidé à concrétiser son geste, il s'enfuit dans la montagne où il va vivre une expérience unique. Festival de Venise.

Information spectateur

Film tourné à la Sainte-Victoire en dix jours avec une équipe réduite de 7 personnes.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Télérama

    Signé par le duo Delépine-Kervern, Near Death Experience est une étrangeté symphonique et dépressive. L'errance d'un homme qui ne parvient pas à mettre fin à ses jours, dans une succession de séquences absurdes à l'humour plus noir que du Soulages. Une sorte d'Into the Wild cafardeux.

  • Le Nouvel Obs.

    Near Death Experience est né de la rencontre des duettistes Delépine-Kervern (Louise-Michel, Mammuth, Le grand soir) et du soliste Michel Houellebecq qui parle seul, danse sur Black Sabbath, se laisse porter par Schubert. La chose ne ressemble à rien de recensé, et c'est très bien ainsi.

  • Les Inrockuptibles

    Michel Houellebecq est surprenant de naturel, et pour tout dire envoûtant en desperado perdu dans la montagne.

  • CineChronicle

    Les réalisateurs posent un regard à la fois triste, comique, tendre et empli d’espoir et de poésie sur cet homme.

  • Première

    Michel Houellebecq se révèle un acteur d'exception. Servi par une image délibérément low cost, ce one-man-show existentialiste possède une force extraordinaire.

  • Télérama

    Le fond recèle beaucoup d'humanité. Comment expliquer que ce film exutoire nous libère d'on ne sait trop quoi (du cinéma français si conformiste ? de notre vie ?) en nous apportant une étrange paix, fût-elle celle du désespoir ?

  • Le Monde

    Kervern et Delépine travaillent, comme à l'accoutumée, une mise en scène minimaliste. De cet arte povera revendiqué, ils tirent une grande poésie, drôle et désespéré, en totale harmonie avec l'univers littéraire de Houellebecq.

  • Le canard enchaîné

    Tout en empathie, l'excellent tandem Delépine-Kervern fait l'ascension du désespoir par la face sereine. En parvenant à maintenir jusqu'au bout une note de légèreté par un procédé féérique. Et en saisissant sur le vif le comique, volontaire ou non, de Houellebecq.

  • Studio Ciné Live

    Un poème funèbre profond et intrigant.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.