Drame (Royaume-Uni, France, Italie). Avec Rupert Everett, Colin Firth, Colin Morgan, Emily Watson.
Produit en 2018. Sortie le 19/12/2018. Distribué par Océan.

Synopsis

A la fin du XIXe siècle, le dandy et écrivain de génie Oscar Wilde, intelligent et scandaleux brille au sein de la société londonienne. Son homosexualité est toutefois trop affichée pour son époque et il est envoyé en prison. Ruiné et malade lorsqu’il en sort, il part s’exiler à Paris. Festivals de Dinard et Cabourg. Nomination meilleur acteur British Independent Film Award.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Première

    Le film diffuse une émotion et une mélancolie extrêmement touchantes. Sous son épais maquillage, Rupert Everett dépeint avec brio son Wilde terminal comme un homme devenu un clown pathétique. Il parvient aussi à mener son film avec une pudeur et une retenue incroyables.

  • Le Figaro

    Annoncé depuis 2012, The Happy Prince aura mis dix ans à voir le jour. Afin de mener à bien son projet, le comédien s'est entouré de Merlin Holland, petit-fils du romancier : Rupert s'est immergé dans la vie de mon grand-père et cela se voit à l'écran. Le voir en donner cette interprétation, c'est tout simplement passionnant et bouleversant. Drôle d'histoire, les deux hommes se sont rencontrés devant la pierre tombale d'Oscar Wilde au Père Lachaise. Recouverte de traces de rouge à lèvres, le mausolée, classé monument historique en 1997, a récemment été protégé par une vitre, à la demande de la famille de l'écrivain et du gouvernement irlandais. 

  • Télérama

    C'est à travers la magie des lieux et des atmosphères que le film saisit la présence d'Oscar Wilde. En parfaite harmonie avec l'écrivain dandy, le style est partout présent dans ces tableaux d'époque, comme si la vie même était une représentation, et la survie, une forme d'élégance désespérée. Rupert Everett salue avec admiration la mémoire d'un artiste hors norme. Superbe voyage dans le temps, le film évoque aussi sans cesse l'horreur de l'humiliation.

  • Le Monde

    Ce film respire l'urgence. C'est le portrait d'un homme au talent exceptionnel privé de tous ses moyens de création.

  • Le canard enchaîné

    Ce biopic tient en grande partie sur les les larges épaules du comédien anglais qui s'est battu pour le réaliser. Les seconds rôles sont brillamment interprétés.

  • L'Obs.

    Plus qu'un biopic, un manifeste contre l'homophobie et l'intolérance.

  • Transfuge

    Premier film signé par Rupert Everett, The Happy Prince est un portrait aussi somptueux qu'intelligent de celui qui fut la terreur des salons et le dégoût de toute l'Angleterre bien-pensante : Oscar Wilde.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.