Policier (Espagne). Avec Antonio de la Torre, Roberto Alamo, Javier Pereira .
Produit en 2016. Sortie le 09/08/2017. Distribué par Le Pacte.

Synopsis

Madrid, été 2011. La ville, plongée en pleine crise économique, est confrontée à l’émergence du mouvement des indignés et à la visite imminente du Pape. C’est dans ce contexte hyper tendu que l'improbable binôme que forment Alfaro et Velarde se retrouve en charge de l'enquête sur un serial killer d’un genre bien particulier. Prix du meilleur scénario, festival de San Sebastian. Prix Sang neuf, festival de Beaune. Goya du meilleur acteur.

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • avoir-alire.com

    Alors que le polar est mort en France, les Espagnols alignent les pépites dans le genre noir. La dernière ? Un thriller haletant, glauque et hyper violent. On a le style, l’ambiance et une enquête terrassante. Les amateurs exulteront devant ce pur cinéma de genre.

  • Cineuropa

    Rodrigo Sorogoyen signe un thriller à la fois palpitant et malsain. Avec la bande-son ultra puissante d’Olivier Arson, des décors urbains et un montage parfait, Que Dios nos perdone, qui ne cache pas sa fascination pour Répulsion et Chinatown de Polanski, et Seven et Zodiac de Fincher, est magnifiquement interprété par Antonio de la Torre (La colère d'un homme patient) et Roberto Álamo (La piel que habito).

  • Studio Ciné Live

    Un thriller aussi complexe que rugueux.

  • Télérama

    En situant son polar en 2011, dans Madrid étouffée par la canicule et envahi par les fidèles du Pape, le cinéaste permet à sa fiction de s'affronter au réel et lui offre un supplément d'âme. L'opposition entre le sacré et le profane, entre la pureté et la corruption, vient contaminer les policiers eux-mêmes. Un excellent thriller.

  • Le JDD

    Le réalisateur signe un coup de maître avec ce thriller crépusculaire qui prend son temps pour installer une atmosphère poisseuse et nous plonger, sans espoir de rédemption, dans la noirceur de l'âme humaine.

  • Le canard enchaîné

    Fidèle à une féroce tradition espagnole d'humour anarchisante, ce film noir allègrement grinçant fait sauter les tabous les uns après les autres.

  • L'Express

    Sur une trame balisée, le réalisateur surprend en dressant un portrait en creux de deux flics, handicapés des relations humaines.

  • Sortir

    Le meilleur thriller depuis Seven.

  • L'Obs.

    Le scénario et la mise en scène ne cessent de refermer sur leurs protagonistes le piège machiavélique et pervers d'un thriller étouffant et désespéré.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.