Policier (Chine (Rép. Pop. Dém.)). Avec Yihong Duan, Yiyan Jiang, Yuan Du .
Produit en 2017. Sortie le 25/07/2018. Distribué par Wild Bunch.

Synopsis

1997. À quelques mois de la rétrocession de Hong-Kong, la Chine va vivre de grands changements… Yu Guowei, le chef de la sécurité d’une vieille usine, dans le Sud du pays, enquête sur une série de meurtres commis sur des jeunes femmes. Alors que la police piétine, cette enquête va très vite devenir une véritable obsession pour Yu… puis sa raison de vivre. Grand prix, festival de Beaune.

Les séances

Le dimanche 20 janvier 2019
  • Au Renoir

Dim. 20 Janv..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Teaser

    Quelque part entre Seven et Memories of Murder. Epoustouflant.

  • Télérama

    On peine à croire, devant son ampleur et sa noirceur à la Jia Zhang-ke, et son romantisme trempé de pluie, qu'il soit un premier long métrage. Un coup de maître.

  • Première

    Dans ce premier film prometteur, Dong Yue pose un regard particulièrement noir et nihiliste sur une Chine qui a disparu.

  • Positif

    Dong Yue signe un film sur le non-sens de l'existence, prise dans des stratégies qui la dépassent. C'est une mise en abyme scénaristique, un thriller poisseux. Un film impressionnant qui repousse les codes du polar.

  • Le JDD

    Ce polar dense et poisseux ne cache pas ses références. La mise en scène est impressionnante de maîtrise pour un premier film. La pluie omniprésente est celle du capitalisme qui inonde une Chine industrieuse qui s'effondre.

  • Le canard enchaîné

    Dong Yue se coule dans le genre du polar pour dresser un constat désespéré sur une Chine crépusculaire, vidée de ses idéaux. Il sait créer un climat mélancolique unique.

  • Le Monde

    Une pluie sans fin dépasse le simple récit criminel en utilisant celui-ci de façon allégorique. C'est un trip fascinant et désespéré. L'ampleur et la précision de la mise en scène accentuent avec force et talent ce voyage quasi métaphysique.

  • L'Express

    Un très bon film noir, sombre et poisseux.

  • Les Inrockuptibles

    Si l’esthétique de Dong Yue penche du côté de David Fincher, il fait également preuve d’un goût pour une étrangeté tout hitchcockienne et d’un propos politique qui n’est pas sans rappeler le cinéma de son compatriote Jia Zhangke.

  • L'Obs.

    Un premier film époustouflant de maîtrise qui fait entrer directement son auteur dans la cour des grands.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.