Drame (Corée du Sud). Avec Song Kang-Ho, Sun-kyun Lee, Yeo-Jeong Jo.
Produit en 2018. Sortie le 05/06/2019. Distribué par Les Bookmakers.

Synopsis

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne... Palme d'Or, Festival de Cannes 2019.

Information spectateur

Par réalisateur de Memories of Murders, Mother, The Host, Snowpiercer et Okja

Les séances

Le samedi 18 janvier 2020
  • Au Renoir

Sam. 18 Janv..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Les cahiers du cinéma

    Parasite, à l’image des chefs-d’œuvre Memories of Murder, The Host et Mother, est un grand film d’angoisse, imprévisible, agité par les névroses et troué d’incertitudes.

  • Le JDD

    Un film brillamment écrit et mis en scène, qui épingle avec finesse les dérives de notre société matérialiste et égotique en convoquant tous les genres cinématographiques : satire sociale, drame familial, fable burlesque et thriller à suspense.

  • Première

    Après Transperceneige et Okja, Bong Joon-ho revient au thriller explosif pour une nouvelle satire politique et sociale imparable. Drôle, violent, baroque, maîtrisé : une petite bombe.

  • 3 couleurs

    Bong Joon-Ho livre une charge féroce et animale à l'encontre de la bourgeoisie sud-coréenne : nervosité du montage, débordements burlesques, gloutonnerie insatiable et contorsions des corps. Les comédiens sont tous excellents.

  • Télérama

    Drôle, tragique, angoissant. Le cinéaste coréen a le don d'embarquer le spectateur en changeant sans cesse de registre. Déflagration à Cannes, son Parasite, chef-d'oeuvre corrosif sur fond d'inégalités sociales, remporte la Palme d'Or.

  • Le canard enchaîné

    Décernée à l'unanimité, la Palme d'Or revient à un cinéaste qui témoigne de la formidable inventivité du cinéma coréen et brille personnellement par son génie du rire pour aborder des sujets brûlants, son art des situations saugrenues et grinçantes, son dynamitage des genres et des codes. Parasite est à la fois hilarant et révélateur de la profondeur des abîmes séparant différents mondes dans une même ville.

  • Le JDD

    On est sidéré par la précision, l'ingéniosité et la virtuosité de la mise en scène de ce récit à la fois désespéré et joyeusement furieux, comme une rencontre entre l'humanité de Kore-eda et la brutalité de Park Chan-wook. Une claque monumentale.

  • Vanity Fair

    Le ton rigolo de la comédie de classe se transforme en colère. Quand elle déborde, elle emporte tout sur son passage.

  • Bande à part

    Satire sociale et mélange des genres d’une sidérante virtuosité, Parasite, justement récompensé d’une Palme d’Or, comble toutes nos attentes… et les dépasse.

  • Ecran large

    Une nouvelle fois, le cinéaste vise juste et signe un film aussi exigeant qu'accessible, jubilatoire que redoutable.

  • La septième obsession

    Bong Joon-Ho revient à la quintessence de son cinéma, vénéneux, brûlant et nerveux. Quelque chose dans la mise en scène dit toute la folie de son cinéma, étrange, quadrillé comme un plan d’architecture.

  • Paris Match

    Le film passe de la comédie sociale à la comédie noire, de la comédie noire au film d’horreur, du film d’horreur au film catastrophe, avec une maîtrise et une fluidité incroyable et des scènes vouées à devenir cultes.

  • Le Monde

    En véritable cinéaste politique, le Coréen s’inscrit dans la tradition des récits de domesticité, tout en restant fidèle à son style virtuose.

  • Les Inrockuptibles

    Un peu à la manière d’Hitchcock ou de Chabrol, Bong Joon-ho réussit un tour de force : un film totalement limpide et, en même temps, complexe et mystérieux.

  • Le canard enchaîné

    Un film détonnant, unique en son genre. Une Palme d'Or qui éclate de vie, de talent et de rire.

  • L'Obs

    Courez voir ce film fou et fin, ébouriffant de maîtrise.

  • L'Express

    Oui, il faut aller voir ce film et plutôt deux fois qu'une. Parasite est enthousiasmant jusqu'au bout.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.