Drame (France). Avec Vicky Krieps, Arieh Worthalter.
Produit en 2021. Sortie le 08/09/2021. Distribué par Gaumont.

Synopsis

Ça semble être l’histoire d’une femme qui s’en va. D'après la pièce "Je reviens de loin" de Claudine Galea. Cannes Premières, festival de Cannes 2021.

Les séances

Du jeudi 23 septembre 2021 au mardi 28 septembre 2021
  • Au Mazarin

Jeu. 23 Sept..

Ven. 24 Sept..

Sam. 25 Sept..

Dim. 26 Sept..

Lun. 27 Sept..

Mar. 28 Sept..

Bandes annonces et vidéos

Photos et affiches

Critiques des professionnels

  • Cineuropa

    Dans un geste artistique formellement très fort, Mathieu Amalric malaxe la temporalité et l’imagination dans une œuvre complexe et sophistiquée.

  • Première

    Un mélo sur la dislocation d'un couple où l'émotion intense surgit toujours par surprise, porté par Vicky Krieps, une fois encore exceptionnelle.

  • Paris Match

    L'orfèvre Almaric concasse l'espace-temps, malaxe les réalités parallèles et raccorde les fragments de ce qui ne peut plus l'être dans un film de spectres bouleversant, où Vicky Krieps règne en maître, tour à tour gracieuse, puissante.

  • Avoir-alire

    Un film énigmatique et sensible sur une femme qui se répare en fuyant. Mathieu Amalric confirme son indiscutable talent de cinéaste.

  • Les Inrockuptibles

    Un magnifique film de fantômes.

  • Le JDD

    D'une justesse inouïe, Vicky Krieps s'impose comme la digne héritière de Romy Schneider en héroïne mélancolique. Narration déstructurée, montage sensoriel, ellipses vertigineuses : un récit poignant et terriblement humain.

  • Télérama

    Tiré d'une pièce de théâtre de Claudine Galea détricotée par ses soins, ce nouveau long métrage l'emmène cette fois sur les cimes assumées du mélodrame et le confirme en guide de haute voltige.

  • Le Monde

    Le film, monté jusqu'au vertige, ménage deux versions (face A, une femme quitte sa famille ; face B, la femme n'est jamais partie), organise un constant jeu de rimes et de réminiscences, visuelles et sonores, entre les deux plans, oeuvre à une porosité telle entre les deux rubans narratifs qu'on se prend à penser qu'ils ne forment qu'une seule et même modalité de la fatalité.

  • Les Echos

    Une fiction singulière et émouvante.

  • avoir-alire

    Un film énigmatique et sensible sur une femme qui se répare en fuyant. Mathieu Amalric confirme son indiscutable talent de cinéaste.

Toutes les critiques Réduire

Suivre le film

Connexion Retour Fermer

Réinitialisez votre mot de passe

Réinitialiser votre mot de passe à l’aide de l’adresse e-mail associée à votre compte.

Connexion Retour Fermer

Une expérience personnalisée !

Se connecter avec Facebook

ou se connecter par Email

Mot de passe oublié ?
Connexion Retour Fermer

Se désinscrire de la Newsletter

Veuillez saisir l'email que vous souhaitez désinscrire.

Récapitulatif de paiement Retour Fermer
Créer un compte Retour Fermer

Inscrivez-vous pour bénéficier de vos avantages !

Se connecter avec Facebook

ou s’inscrire par Email

En créant un compte, vous confirmez que vous acceptez les conditions d'utilisation, la politique de confidentialité et l'utilisation des cookies de Les Cinémas Aixois.